Portrait de bruns
J'aime 0

Bonjour Fée clochette,
Je suis très surpris de vos réponses précises et de vos compétences
En fait mon psy est un iminent psychiatre , très , très connu à Paris et n'est pas psychologue.Et ce sera chose très difficile de discréditer ces affirmations.
Avec du recul , je me suis aperçu, qu'après avoir pris un médicament au coucher en Janvier 2004, le lendemain matin , mes éléments moteurs ne fonctionnaient plus et je ne pouvais plus me tenir sur mes jambes.Je me suis donc traîné aux urgences de l'hôpital de Senlis où un scanner fut fait sans résultats probants.On en a conclu à une cause psychique.Mon état s'est détérioré et des phénomènes inexpliquables sont apparus ( pas d'hallucination ou voix ou délires..) J'entendais un bruit de fond et puis , pendant le sommeil, j'étais subitement réveillé par ce que j'appelle des chocs électriques mais en fait , ce n'est pas cela.J'étais réveillé en sursaut.Et cela m'a plongé dans une peur de quelque chose d'inconnue et donc dans l'hypocondrie.
Aprés avoir rencontré mon psychiatre, il a identifié une psychose.MAIS son plus grand désarroi c'est qu'il n'a jamais trouvé l'élément déclencheur et il l'avoue souvent.Il a donc conclu vis à vis de moi et ma famille:cause génétique.Je dois dire que les résultats positifs du Melleril furent immédiats .Plus de pbs de sursaut en sommeil.Pendant un mois , l'état s'est considérablement amélioré pour que je puisse affirmer sur le mois de Mars que je me sentais bien puisque j'étais parti aux sports d'hiver et que je skiais du matin au soir sans souçis.Puis , au mois de Juillet , le melleril fut retiré du marché et plutôt que d'essayer un sevrage , le psy pensait que mon état n'était pas satisfaisant et hop, m'a prescrit du xyprexa pendant un an et , là, à partir de cet instant précis, la descente aux effers a commencé avec le traineau de différents effets secondaires qu'il serait inutile d'exprimer.
Finalement, vous voyez , c'est tout simple et quelque fois assez mathématique.Je pense souvent que les psychiatres se fourvoyent souvent dans des explications très compliquées et malheureusement en s"écartant quelquefois de certains cas qui seraient plus faciles à traiter.Ce que je déplore le plus c'est, qu'hier, en lui posant la question suivante:Pourquoi n'avez vous pas informé ma famille et moi même concernant les effets éventuels extrapyramidaux sévères pouvant subvenir dans le cas d'un arrêt des neuroleptiques, et d'un traitement sur plusieurs années?Il s'est énervé pour la première fois et son affectif a parlé.Je que je déplore c'est qu'il m' a précisé que sa thèse de fin d'études portait exactement sur le sujet des effets secondaires des neuroleptiques et de leur interruption.En plus de cela il m' a précisé qu'il n'avait pas assez de recul concernant les effets IRREVERSIBLES puisque aucun de ses patients ne les a jamais arrêté.
Bon pour le soulagement de mes douleurs actuelles, je crois qu'il n'y a pas grand chose à faire sauf attendre l'examen IRM et des résultats.
Dans le cas de l'altérioration visibles à l'IRM, des noyaux gris centraux, je me manquerais pas de vous interviewer sur certains points qu'il n'est pas utile , pour le moment, d'évoquer.
A bientôt

Portrait de bruns
J'aime 0

Rebonsoir Fée Clochette,
J'ai une petite question.Comme la dopamine fut bloquée , d'une certaine manière, pendant 3 ans, est ce que l'on peut envisager que mes douleurs musculaires soient dues au fait qu'il faille un certain temps au système nerveux pour tout rééquilibrer, sans pour autant, évoquer une détérioration des noyaux gris centraux?
Avec l'injection de Gadolinium en irm, peut on visualiser une déficience des noyaux gris centraux?
Comment évolue une dystronie iatrogène?Se généralise t elle à tout le corps?Les muscles meurent ils petit à petit ?Peut on devenir paralysé ?Est elle mortelle? Est elle réversible?
Comment le mécanisme fonctionne t il entre les noyaux gris centraux et les muscles?
MERCI

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir bruns,

Une dystonie iatrogène n'a que le nom de différent, elle reste une dystonie qui ressemble fortement à une dyskinésie dite improprement tardive...

Une IRM décèlera une atteinte des noyaux gris centraux, le dysfonctionnement musculaire pourrait alors être diagnostiqué.

En général, la dystonie reste sur son site originel, elle ne se diffuse pas, si dystonie il y a, elle est dite en foyer car survenue à l'âge adulte ; il n'y a que dans les cas de survenue dans l'enfance qu'elle pourrait se propager aux autres muscles.

Les muscles ne meurent pas, ils peuvent s'atrophier, c'est pour cela que le traitement en ijection botulique peut les préserver. S'il y a paralysie, ce serait un dommage collatéral dû à une atteinte des cervicales avec névralgie cervico-brachial ; elle n'est pas mortelle mais semble difficilement réversible sans traitement.

Bruns, il faut que vous consultiez un médecin qui pourra vous prescrire autre chose que des myorelaxants, votre atteinte décrite est trop profonde pour utiliser des pommades ou des traitements d'appoints. Vous avez besoin d'un traitement d'attaque, d'une IRM cervicale et de l'épaule également, ainsi qu'un suivi psychiatrique autre que ceux qui ont pignon sur rue, les psychiatres dans les rues adjacentes ont de très bonnes compétences aussi...

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonjour Fée Clochette,
1)En Janvier2004 j'ai passé un encéphalogramme et un scanner qui étaient négatifs + examen thyrroïde
2) je n'ai pas passé d'IRM
3) En cas de secretion irréguliére de dopamine et autres neuromédiateurs, pouvions nous observer éventuellement un dysfonctionnement sur une IRM éventuelle
4) On a déduit , en Janvier 2004, que tous les pbs dont je me plaignais était dues à une psychose hypocondriaque.En fait une intensité psyché aurait impliquer un dérèglement de neuromédiateurs.Je me plaignais de pbs physiques et psycho moteur.
5)En ayant pris des psychotropes, un dysfonctionnement peut il être occulté car les psychotropes mettent tout à plat.
6)Si je reprends, pour calmer les choses( car , logiquement,en bloquant la dopamine, les douleurs disparaîtront), un peu de Solian chaque jour jusqu'au jour de L'IRM, un dysfonctionnement pourra t il de nouveau être masqué?
Les questions posées sont sans doute insidieuses et les réponses peut être pas faciles mais merci de répondre le plus rapidement possible.Je m'en remets à vos compétences et expériences sur ce sujet.Merci d'avance et de tout coeur.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonjour Fée Clochette,
Merci de me préciser les noms des médicaments de vitamines B6 et E

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour bruns,

Est-ce votre médecin qui vous prescrit Solian* ? Car, inévitablement vous retombez dans un prescription de neuroleptique, donc, la dyskinésie, la dystonie vont être mis en veille ( masqué ) par la prise de ce nouveau neuroleptique...

En ce qui concerne la vitamine B6, elle se nomme sur le marché Bécilan* 250 mg soit en cp soit en injection et la vitamine E : Toco* 500 mg en gélule.

Je veux bien que l'on vous est diagnostiqué une psychose hypochondriaque, mais alors quelle solution vous donne-t-on pour vous aider ?

Je suis d'accord avec votre médecin, la prise de neuroleptiques a pu bloquer la Dopamine pendant longtemps, la seule incidence sera sur les noyaux gris centraux ( dystonie ) dont la détérioration sera visible sur l'IRM.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonjour Fée clochette,
Solian est prescrit par mon psychiatre en cas de crise
J'aimerais savoir si la seule façon de prouver un dysfonctionnement de dopamine ou autre, est de trouver une altération des noyaux gris centraux. Peut il exister, au niveau du cortex cerebral, d'autres causes pouvant âtre mises en évidence par l'IRM?
Lorsque l'on a déduit en Janvier 2004 à une psychose, pour m'aider, on m' a prescrit du melleril
Et actuellement , le psychiatre est formel pour m'aider, il faut reprendre de l'abilify.
J'ai stoppé les psychotropes car on m' a classé cotorep avec 40 % d'handicap, impossibilité de travailler, coucher à 22h et lever à 14h, plus aucune libido et angoisse d'avoir des rapports, crise de mélange des discussions à 18 h chaque soir ( lorsque nous recevions les amis, tous se mélangeait dans ma tête), bourdonnement et fourmillement dans la tête sous largactil puis endormissement pendant 2 heures, impossibilité de dormir et état de rester toute la nuit éveillé sous abilify, apéritif obligatoire et dépendance à l'apéro ( j'ai stoppé tous vin à table et apéro depuis Juin dernier et ai perdu 13 kg), prise de poids excessive, réaction à chaque rayon de soleil: au Brésil, brûlure au soleil puis intraveineuse pour éviter les gonflements allergiques ( malgré la crème solaire), accident en voiture car très brève coupure avec la réalité, impossibilité d'avoir les motivations pour entretien proffessionnel ( pression des amis et de la famille sur ce sujet), plus d'intérêt concernant rien du tout, musique, télé etc.. impossibilité de faire les comptes, de prendre en charge les courses ou même tondre la pelouse, d'écrire comme je le fais actuellement, psychothérapie impossible à s'installer, impossibilité de se laver pendant 2 ans ( je sentais mauvais), angoisse du métro , du train et de crise pouvant survenir à tout moment, perte de l'activation intellectuelle : aprés des tests effzctués au sein d'un stage pour handicapés, je suis passé du niveau BTS au niveau tout juste BEP alors que j'étais très fort en maths et ai fait Maths sup, IMPOSSIBILITE de rester seul dans la journée et être autonome; obligation de passer les aprês midi avec les voisins ou parents et angoisse de panique quand personne ne répondait au tél pour les rencontrer, plus sport, peur de partir en vacance etc.. alors vous voyez à quoi méne une éventuelle psychose hypocondriaque avec absorption de psychotropes et la volonté d'en sortir.

Voilà
merci et à bientôt

Portrait de bruns
J'aime 0

D'autre part, pendant tous ces effets, mon psychiatre en concluait à une migration, une évolution de la psychose vers une dépression mais surement pas à des effets secondaires.Lorsque je ne dormais pas sous abilify, pas de problème, ajoutons un peu de largactil et voilà , le tour est joué et un plus de lobotomisation.Il m' a fallu une force inextricable, pour, pendant cet état ,effectuer un sevrage CONTRE TOUT AVIS MEDICAL ET DEFAVORABLE.Tout effet de sevrage était assimilé, pour mon psy, comme une rechute et la solution et son entêtement étaient de reprendre des psychotropes.Alors , vous voyez, Fée Clochette, si on trouve les noyaux gris centraux détériorés ou autres choses pathologiques , ce sera plus facilement acceptable en rapport à ce passé.SEULE la mort me fait peur.
Par contre, si l'on prouve qu'une détérioration serait due à un traumatisme post-neuroleptique , cela me motivera d'une manière incommensurable pour établir une procédure devant les tribunaux.Actuellement, je connais un avocat pouvant soutenir ce type de dossier à Paris.A aucun moment, mon psy a prevenu ma famille et moi même de phénomènes extrapyramidaux lors d'un sevrage
Quand j'observe à la télévision quel type de reportages quelquefois secondaires sur lesquels les médias effectuent des interwiews, je pense que des pbs de mon type pouvant éclater au grand jour, pourraient aider certaines victimes psychotiques à effectuer le fameux sevrage.
Pour certaines psychoses, je pense qu'il serait une règle impérative , qui devrait être reconnue de notoriété publique, d'effectuer un sevrage OBLIGATOIRE après 6 mois de traitement.
A bientôt Chère Fée Clochette

Portrait de bruns
J'aime 0

Chère Fée Clochette,
merci de penser à regarder mon dernier message concernant , dans le forum :"douleur diffuse dans le coude droit" car je me suis trompé et ai effectué une nouvelle discussion.
Cordialement

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir bruns,

J'ai lu et relu votre témoignage, c'est bien de l'avoir développé pour que j'y vois plus clair.

Il semblerait donc qu'au regard des éléments que vous avez une le courage d'apporter qu'il s'agisse effectivement d'une " psychose hypochondriaque ". Elle n'est hélàs pas réceptive à quelque traitement que ce soit, elle s'est développé, modifié, transformé aux aléas de votre maturation psychique sur des années jusqu'à s'installer et le facteur déclenchant est ce rêve de l'appendice. Une psychose hypochondriaque, en résumé, à comme point de départ une pathologie guérie ( appendisectomie, ici, pour vouset très évocatrice ).

Si vous voulez essayez Solian*, que ce soit à la dose minimale jusqu'au 30/12, ensuite, il faudra voir avec votre psychiatre une association patient - équipe médicale - médecin - psychiatre qui est la seule solution pour soulager la psychose mais hélàs pas la guérir. Une guérison n'est pas reconnu par le patient hypochondriaque mais accentue sa psychose tout en étant conscient de son état d'hypochondrie. C'est pour cela que cette psychose a été traitée par les neuroleptiques car elle est une forme schyzophrénoïde de la personnalité de l'individu.

Bon courage bruns. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir Fée Clochette,
Ma question est simple et sans équivoque:
Sans supposer le fait que l'hypnose ait déclenchée une psychose, à catte époque, une IRM aurait elle pu révéler un dysfontionnement neurologique qui aurait été invisible en regard d'autres examens.( tout a été fait SAUF l'IRM)
Quand même, c'est limite paranormal de ma part que de penser que l'hypnose puisse induire "la folie".Comment un souvenir de l'inconscient pourrait dérégler la régulation de la dopamine? Existe t il des études faites sur ce sujet?
merci encore et encore , fée clochette car vous êtes un puit de savoir.
Vous saisissez la neurologie ET la psychiatrie alors que ce sont 2 sciences différentes!C'est incroyable.

Portrait de patregue
J'aime 0

Je pense qu'il faut avant tout arrêter de vous torturer à chercher des réponses à votre problème que vous ne trouverez pas.
L'IRM ne permet pas de tout voir et diagnostiquer. Sa lecture est parfois aléatoire.
Vous avez apparement essayé plein de médicaments. S'ils n'ont pas marché, il est inutile de courir après d'autres.
Essayez donc d'arrêter ( doucement ) tous ces neuroleptiques.
Et arrêtez de vous faire prendre la tête par les psychiatres dont vous voyez bien qu'ils sont incapables de résoudre votre problème.
Courage et cordialement.

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir patregue,

Je vous remercie du soutien apporté à bruns, mais malheuresement, bruns s'est inscrit dans un schéma de psychose hypochondriaque et tous les conseils que vous pourrez lui donner ne le détourneront pas de sont objectif de comprendre, de questionnement, de crainte,...

Ce n'est pas le fait que les traitements n'est pas fonctionné, c'est le fait qu'ils ont dévié une psychose schizophrénoïde en psychose hypochondriaque.

Par contre, tout à fait d'accord avec le fait des psychiatres qui racontent ce que bruns veut bien comprendre, mais dans une psychose hypochondriaque, il importe de faire une association thérapeuthique = médecin - équipe médicale - psychiatre - patient, sans cela, la psychose se modifira indéfiniment.

Loin de moi, de vous évincer de la conversationen en gardant le privilège, ce serait absurde de ma part, vous avez compris, si vous avez lu mes différents messages que je collabore avec toutes et tous, je veux juste attirer votre attention sur le fait qu'une psychose hypochondriaque ne peut entendre "arrêter de..., etc...", cela ne fait que renforcer le questionnement de bruns, donc son mal-être ( on me cache quelque chose,...).

J'espère ne pas vous blesser, sinon, je vous présente toutes mes excuses au yeux de tous lecteurs du forum.

Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir Fée Clochette,
Je suis persuadé que vous avez raison au sujet d'une porte ouverte par l'hypnose MAIS je suis décidé à vouloir m'en sortir donc je vous remercie de visualiser la question - réponse du dialogue suivant avec un praticien de l'hypnose qui a l'air averti et j'attends vos commentaires
A bientôt Fée Clochette:

Bonjour
En décembre 2004, j'étais un être parfaitement sain.A la suite d'une séance de régression sous hypnose , une psychose dénommée hypocondriaque est apparue après un mois.
J'ai vécu sous anxiolytiques pendant 3 ans car aucun psy n'a trouvé l'élément déclencheur.Dernièrement, sur le forum de santé Vulgaris, un médecin compétent auquel j'ai raconté tout mon parcours est persuadé que l'hypnose a révélé une psychose et l' a déclenché.
Je pense aussi avoir été très léger concernant la recherche de ma praticienne d'hypnose sur internet .Elle me recevait dans un appartement parisien très glauque et je la rétribuais uniquement en espèces.
Lors de certaine séances, à la suite de différents mal être, je lui précisais la phrase suivante:" j'espère que vous savez ce que vous faites".
En fait, Lacan a connu un patient ayant déclenché une psychose hypocondriaque lorsque il eu l'ablation de son appendice.
Sous hypnose, j'ai revecu ce moment infantile puis , lorsque j'ai aperçu mon appendice dans du formol sur ma table de chevet d'hôpital ( en 1966, cela se pratiquait), j'ai pleuré toutes les larmes de mon coeur sous transe.
En fait, ma question est simple et merci de répondre de tout coeur:
Existe t il un moyen de réparer les dégats occasionnés , peut être sous hypnose CETTE FOIS MEDICALE, en fait merci d'éclairer ma lanterne.

christophe

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 308
Localisation: 39300

Posté le: Dimanche 14 Décembre 2008 à 07:38

--------------------------------------------------------------------------------

bonjour,

L'hypnose humaniste à mon sens pourrait vous aider. Il faut savoir que l'hypnose classique ou ericksonienne dissocie la personne (en gros la un morceau là et un autre ici, le conscient là, l'inconscient ici pour bosser directement avec lui etc..). La régression est un acte complexe et doit être pratiquée par quelqu'un de grande compétence, car si au final on ne réassocie pas la personne correctement, la personne peut rester dissociée (ou une partie d'elle), ce qui par définition provoque une forme psychotique (car la psychose EST une forme de dissociation). N'importe qui peut être sujet à ce genre de choses. Ainsi, il faut faire le travail inverse, les parties restées dans le passé doivent revenir dans votre présent, et par la suite réassocier tout cela par unification thérapeutique.

Je vous conseille donc d'aller voir un thérapeute formé dans cette hypnose et d'arrêter pour l'instant les frais en hypnose classique ou ericksonienne (PNL inclue), car ces formes dissocient.

A mes débuts, j'avais fais faire à un patient une remodélisation d'histoire de vie (RHV en terme technique). Nous avions bien travaillé, mais j'avais mal jugé de la profondeur de sa transe. Je l'ai ramené trop vite en le réassociant pas suffisement. 15 jours après il m'appelait pour me dire qu'il n'avait jamais été aussi mal de toute sa vie et qu'il faisait cauchemard sur cauchemard (oups ). Je lui ai demandé de revenir, et nous avons fais le travail inverse (travail de Conscience plutôt qu'un travail sur l'inconscient). Nous avons recollé les morceaux, il lui semblait qu'il marchait à côté de ses pompes. Comme par hasard, en Conscience il se voyait à côté de lui, de son corps (aille bobo). Je lui ai fais 'réintégrer' son corps comme un habit qu'on remet de nouveau, et il est sorti de la séance tout neuf. Allez savoir ce qui s'est passé.. Aucune idée, en tout cas cela a marché et c'est le principal.

La dissocision est un formidable outil, mais il possède ses limites.

Je vous préviens, cela va jaser à la lecture de ma réponse, mais à vous de faire le tri des choses. Dans tous les cas, je ne peux que vous proposer d'aller voir un thérapeute formé dans cette discipline, il y en a de plus en plus.

Amicalement,
Christophe

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir bruns,

Il semble qu'effectivement ce praticien soit au fait de ce qu'il avance. Et je suis en total accord avec lui.

Je pense également que l'hypnose par dissociation est une piste à suivre, elle est également génératrice de grand danger comme l'explique votre interlocuteur si le praticien ramène le patient trop rapidement, à ce stade, la restitution des parties dissociées peuvent être partielle d'où un mal-être intolérable pour le patient qui "ne se sent pas à sa place", ou "plus à sa place" ou "pas à la bonne place".

Cette une pratique très et extrêmement délicate dont le praticien doit avoir une totale maîtrise, c'est pour cela que la dame à l'appartement glauque, c'est royalement foutue de vous !!!!!! Elle n'a pas pris en compte tous les éléments de votre demande et surtout des risques que vous encouriez, mais, en étant rémunérée en espèces, avait-elle envie de s'en inquièter ???!!!!!!!!!!! L'inconscient est une force phénoménale, il a la capacité de garder le moindre de détail et de pouvoir le réinitialiser, même des décennies après les faits ; toute l'activité de l'inconscient se fait pendant le sommeil profond et sous hypnose, le praticien, en résumé va y fouiller pour trouver des réponses au conscient. Ce n'est donc pas absurde de prendre en considération cette force qui nous échappe, bien évidemment, puisque nous parlons d'inconscient...

Il n'est aucunement le fait de faire jaser, l'hypnose est une science décriée par certain parce qu'elle peut faire perdre pied et comme la volonté est otée, les paroles fusent sans contrôle, donc, nous ne tiendrons aucunement compte des jaseurs en ce qui concerne cette technique.

Ce dont vous souffrez est très profond, et très délicat, il y a une méthode de travail à adopter et ce n'est pas donné à toutes ou tous de pouvoir en entrevoir le pouvoir, encore moins de savoir la pratiquer en toute sécurité.

Je n'ai pas insinué que votre psychose hypochondriaque a été due à la séance d'hypnose, elle a été découverte grâce à l'hypnose ce qui est en faite un diagnostic ( visualisation de l'appendice ). Elle s'est ensuite développée puisque, je répète, elle est induite par un organe guéri, la psychose hypochondriaque a un domaine de développement, uniquement au niveau des organes puisqu'il ne sont pas visibles de l'extérieur donc personne ne sait s'ils sont malades, d'où la psychose du patient, de plus, la baisse de la libido, la peur d'affronter le monde extérieur, la difficulté de garder ou trouver un travail sont des signes évocateurs de la psychose hypochondriaque.

Nous pourrions également avancer que vos douleurs de spasmes musculaires sont des manifestations post-hypnose et apparus en adéquation avec cette psychose de maladies, le fait également que vous parliez de réversilbilité, de mort, induit des signes évocateurs de cette psychose hypochandriaque, comme également le fait de vous servir du langage médical, c'est la psychose hypochondriaque qui vous induit dans ce questionnement, et sans aide médical ( et je ne dis pas implicitement thérapeutique ) vos questionnement, vos angoisses de ne pas savoir vont s'intensifier, car plus rechercheez sur internet, plus les questions se posent et plus vous entretenez votre psychose hypochondriaque.

L'information de cet interlocuteur est très intéressante et constructive, encore faut-il que vous connaissiez tous les risques et ne pas vous jeter dedans sans avis averti, vous avez essayé trop de thérapies qui vous ont sinon stabilisée entretenue votre psychose hypochondriaque. Et ce n'est pas paranormal que de croire que l'hypnose peut induire une folie, l'hypnose peut avoir des conséquences bien plus grave qu'on ne le croit puisque vous étes, sous hypnose, donc sous le contrôle du thérapeute...Votre volonté est inhibée.

Cette psychose n'est pas une pathologie psychique qui va s'arrêter parce que l'on vous dira que vous êtes sain, non, ele ne peut se faire qu'avec l'association ( désolée, je me répète, patient - médecin - équipe médicale - psychiatre - voire hypnose.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir Fée Clochette,
1) Je dois me renseigner mais j'ai eu l'ablation de l'appendice à 6 ans pile
2)Je crois ,mais je dois me renseigner, que j'ai eu l'ablation de l'appendice EN PREVISION mais jamais eu de crise d'appendicite
3) Croyez moi, il y a bien longtemps que j'utilise les termes médicaux.et vous m'auriez rencontré en 2003 , par ex, tout au plus, vous auriez précisé que j'étais un peu atypique mais pas psychotique
4) les peurs dans le train etcc sont nées pendant la prise de psychotropes
5)Les premiéres manifestations insoutenables car incontrôlables étaient des chocs ( électriques ou je ne sais pas trop..)qui me reveillaient en plein sommeil profond.Chaque soir, dans le lit, je serrais ma compagne très fort par PEUR IMMENSE du sommeil qui arriverait.Pendant 1 semaine,je n'étais pas encore sous traitement, j'ai demandé à mes parents de nous héberger ma compagne et moi.Il m'arrivait de me réveiller en pleine nuit pour un doigt un peu infecté et me faisant mal( je m'étais mangé le doigt et il s'était infecté).Je me dirigeais vers la chambre de mes parents et réveillais ma mère afin de lui exposer la peur de ce mal au doigt.
C'est à cette époque que l'on a décidé d'aller voir un psy sur les conseils de notre médecin de famille.Le psy que j'ai décidé de consulter me connaissait bien puisque de 1997 à 1998 ou 99, j'avais effectué une psychothérapie , car , étant commercial, comme mon père, un client commun avait précisé à mon père que quelque chose n'allait pas et qu'il serait préférable que je consulte un psy.
Au départ, tout allait bien et mon entourage a remarqué un changement significatif de mon comportement , moins méfiant et plus apaisé.MAIS, au bout de 1 ou 2 ans, une consultation m'a choqué et j'ai décidé d'interrompre la psychothérapie.Je voulais convaincre mon psy que nous naissons tous inégaux et que les cartes sont différentes d'un individu à un autre MAIS que ces cartes sont distribuées au regard de nos vies ANTERIEURES.Et là, précisément , à cet instant le psychiatre m' a répondu" je ne cois pas à l'existence de la vie aprés la mort et JE NE VOUS SUIS PLUS" . Donc, voilà pour quelle raison, je l'ai quitté.
En conclusion, Fée Clochette, en demandant toujours plus et toujours au monde, à travers l'hypnose, je me suis, cette fois ,brûlé les ailes.Et je pense que tout être humain à un moment de sa vie fait la fameuse RENCONTRE qui pourrait lui être salutaire.
Je pense pouvoir réparer les dégâts et désire rencontrer un maître praticien de l'hypnose maîtrisant le sujet de la régression dans le temps.
Maintenant, si je vous dis pour quelles raisons de départ, j'ai voulu pratiquer l'hypnose, j'ai bien peur que vous allez peut être me formater comme un psychotique latent. Mais, votre intelligence n'est plus a prouver donc je me lâche:
1) Depuis fort longtemps, et ayant 48 ans, je tête mes deux doigts, pendant le sommeil profond, la nuit jusqu'à les sucer tellement fort qu'ils saignent et salissent systématiquement les draps.
Ce sont exactement les deux doigts que je suçais étant bébé.
2)Je pensais fortement que mon mal être récurent était une dette vis à vis du divin au regard des vies antérieures et du mal que j'aurais commis à autrui.De ce fait, je voulais régresser à l'état D'AVANT le foetus.

A bientôt

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour bruns,

Pourquoi voulez-vous que je me permette de vous formater comme psychotique latent ?... Savez-vous le nombre d'adulte qui ont encore recours à la sucion du pouce, de doigt ou intérieur de la main ? Vous seriez surpris....

Le fait d'avoir SUBI une appendisectomie EN PREVISION à l'âge de six a été sûrement pour vous un geste médical incompris car sûrement pas expliqué, on vous a enlevé un organe qui était sain, comment ne pas vous demander si les autres le sont aussi ; de plus, non seulement, cet organe était sain, mais il a fallu qu'on vous l'expose !!!!

Votre cerveau a fait l'amalgame entre organe enlevé et volé mais sain.

Ce retour à la regression pourrait être un souhait de retrouver cet organe ( morcellement de votre personnalité ) à sa place.

Je vois que vous avez la connaissance non reconnue scientifiquement des vies antérieures ( non reconnues car impossible à prouver scientifiquement ) et vous en parlez à un scientifique, pas étonnant qu'il n'est rien voulu entendre... Mais, rectification, les cartes sont redistribuées non dans le concept d'une dette vis à vis du divin, mais une dette vis à vis de vous-même. Chacun dispose d'un libre arbitre, utilisé à bon ou mauvais escient, c'est à vous de payer la dette. Pour le coup, ce sujet va faire jaser !!!!! Que l'on soit prou ou contre, c'est une éventualité qui commence à faire son chemin, donc il n'est pas question de vous étiqueter "psychotique" par cette évocation.

La vie d'un adulte sera conditionnée par tous les faits se déroulant avant les six ans, c'est pourquoi je vous ai demandé l'âge de l'intervention. Et l'on aura beau vous dire comme beaucoup que l'appendice ne serre à rien, la question est, alors, pourquoi, donc est-il là ???

Je comprends tout à fait que vous emploiyez les termes médicaux depuis longtemps, vous les maîtrisez, ceci n'était pas une critique, loin de là, c'était la démonstration d'une psychose hypochondriaque.

Comment a réagi votre mère devant l'état de votre doigt ? Non pour la juger, tout un chacun réagit selon ses émotions propre et vous savez, maintenant, que je me garde bien de juger...

Avez-vous commencé le Solian ? Quel dosage ?

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir,
1)Après vérification, l'ablation de l'appendice fut faite car j'avais des douleurs très fortes au bas ventre et donc nécessaire, intervention à l'hôpital Beaujon à Paris.
2)La directrice de l'assocation française d'hypnose m'a répondu qu"elle était surbookée et m'a communiqué les coordonnées d'un médecin parisien qui ne m'a pas encore répondu.
3)je prends la moitié dun comprimé Solian de 100mg, donc 50 mg.
4)Mon doigt infecté en pleine nuit: ma mère me l'a soigné.
5)Sans être au demeurant parano, mais afin d'explorer toutes les pistes, ma praticienne d'hypnose aurait elle pu induire quelque chose qui fasse que je serais dépendant d'elle à vie et de néfaste, concernant le plan matériel ou, sur le fait, que, pour une incompréhension de cultures différentes, j'ai divorcé et fait le choix de quitter une femme et un tout jeune garçon.La culture et les origines de ma femme étaient stictement identiques à celles de ma praticienne.Aurait elle voulu venger une destinée?
Vous savez, tous les être humains ne sont pas forcément objectifs et agissent aussi quand leur affectif est sollicité.Et , peut être , que ma praticienne s'est mise à la place de mon ex femme SANS trop de ressource alors que moi, à cette époque, j'en avais.Ma praticienne a trouvé cela injuste et ....
Enfin, je l'admets, cette explication serait peut être un peu trop compliquée pour être appliquée.
A bientôt

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir bruns,

Je crois qu'il ne faut pas vous égarer dans des explications-applications de cette praticienne sans intérêt.

Concentrez-vous sur la nouvelle piste que vous désirez explorer = Association française d'hypnose.

Les êtres humains agissent SURTOUT quand leur affectif les submerge !!!!

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir Fée Clochette,
La personne que j'ai contacté aujourh'hui(recommandée par la directrice de l'association française d'hypnose) m' a téléphoné et m'a fixé un rv sur Paris le 07/01 /09.Il se dénomme Docteur .....
Je suis surpris qu'un médecin puisse être thérapeute en hypnose.
Il m' aprécisé qu'une psychose pouvait se déclencher sous hypnose MAIS pas se construire.Elle était à l'état de latence dans mon esprit.
Il m'a précisé que si le chemin fut fait dans un sens , il peut forcément être parcouru dans le sens inverse.Wait and see!!!
Honnêtement, pour différents troubles, surtout le soir,je sens être en border line et ai peur.Il me reçoit le 07/01 alors que j'ai la nette impression que c'est urgent.
Les troubles sont clairs depuis le sevrage: 15 à 20 jours de douleurs physiques puis brutalement 15 à 20 jours de troubles psychiques et de nouveau le cycle recommence et , ceci, depuis 1 an.
Mais, auparavant ( actuellement, ils sont plus forts), ils étaient beaucoup plus supportables que , pendant l'absorption du traitement.
Pendant les traitements, c'était innomable.
A bientôt

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

C'est ce que je vous expliquais, elle était en latence et a été déclenché sans pouvoir la rattraper.
La pratique des médecins qui soignent sous hypnose s'est augmentée ces dernières années.

Bon courage. et n'hésitez pas à me donner des nouvelles. Merci.

Bien cordialement;

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonsoir Fée Clochette et bonne année,(à vous et vos proches)
Tous les résultats IRM, sanguins ( exceptés les T3+4 pas effectués), EMG, ECG etc .. sont normaux.Le 14Février , je pratiquerai une séance d'hypnose humaniste pour apaiser les choses.Je ne parviens pas à comprendre, car mon neurologue me précise qu'il n'est pas neurochimiste,que des signes fréquents de dystonie apparaissent puis disparaissent complètement .Je ne comprends pas comment l'iirégularité de secrétion de certaines hormones, comme la dopamine, puisse se manifester.Je veux dire que la réponse de mes noyaux gris centraux est correcte à l'IRM.Qu'est ce qui fait que, pendant un sevrage, des douleurs musculaires apparaissent.Même principe pour le sevrage aux benzodiazépines.Quel est l'organe dans le cortex cérébral qui, temporairement, se dérègle et induit des douleurs musculaires qui sont bien réelles et pas psychologiques? Et comment se fait il qu'aucun examen existe pour observer ces disfonctionnements SPORADIQUES?A bientôt et merci pour les réponses

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Le premier dérèglement hormonal qui peut provoquer des douleurs est celui de la thyroïde.

Donc faire analyser les hormones T3L, T4L et la TSH.

Et les psychotropes et autres traitements du genre influent sur la thyroïde pendant le traitement et pendant le sevrage.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de bruns
J'aime 0

Bonjour
Je me suis renseigné auprès du labo et il me faudra investir les 37 e non remboursés par la CPAM.Car mon médecin traitant m'a précisé qu'il ne sera pas couvert pour une analyse des T3+4 car la TSH est correcte
Je ferai les analyses, donc.
A bientôt

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Curieux ça !!

Si votre médecin a inscrit sur l'ordonnance de faire ces examens, la prise en charge est faite complètement.

Beaucoup de personnes les font analyser (dont moi) alors que la TSH est aussi correcte et pourtant elles ne payent rien.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Pages

Participez au sujet "effets secondaires de certains psychotropes"