Portrait de smile

Bonjour,

Est-il vrai que les anti-inflammatoires n'agissent pas sur la fybromyalgie?

Si la douleur s'atténuent, on peut alors exclure une fybromyalgie?

Merci et bonne journée.

Portrait de elisa7
J'aime 0

bonsoir,
il y a des médecins qui expliquent ds un autre post, que la morphine n'agit pas sur la fibro.Par contre pour les anti-inflammatoires je pense que oui, puisque pas mal de gens en prennent.
Elisa

Portrait de chatonne
J'aime 0

Le seul anti-inflammatoire qui a eu un effet sur moi c'est le Célébrex (petit frère du Vioxx) je le prend depuis 3 semaines et je n'ai pratiquement plus de raideurs au lever. Je dois dire que c'est agréable.

Portrait de smile
J'aime 0

smile wrote:
Bonjour,

Est-il vrai que les anti-inflammatoires n'agissent pas sur la fybromyalgie?

Si la douleur s'atténuent, on peut alors exclure une fybromyalgie?

Merci et bonne journée.

Me revoici.

J'ai pu poser la quetion à mon neurologue qui m'a confirmé qu'il est rare qu'un antalgique ou un anti-inflammatoire agisse sur la fybromyalgie.

Alors voilà, à bientôt!

Portrait de elisa7
J'aime 0

merci pour le renseignement car, étant allergique aux anti-inflammatoires je ne px en prendre...Je suis donc moins frustrée d'apprendre qu'ils ne servent à rien ds notre cas
bisous à tous,
elisa

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Si la fibromyalgie a "déclenché" des tendinites les anti-inflammatoires agissent surtout les corticoïdes, les AINS non.

Les antalgiques soulagent fort heureusement une partie des douleurs. sont atténuées.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de elisa7
J'aime 0

bonjour,
oui tu as raison christianne, les antalgiques soulagent quand même en partie, je n'avais pas bien lu le message, je n'avais fais attention qu'au mot concernant les anti-inflammatoires.Comment un neurologue peut il dire que les antalgiques ne soulagent pas? Il te donne quoi alors smile?
je vx dire, lorsque tu as une grosse crise, que tu ne px+ bouger sans crier de douleur, il te laisse comme ça???
j'espère pour toi que non...
courage à tous,
Elisa
ps:j'ai déjà pris du solupred christianne, c'est vrai que cela soulage, mais ce qui est embêtant c'est qu'on ne peut en prendre sur une longue période et surtout qu'on ne peut plus dormir avec ça..Moi je fermais + l'oeil, et toi?

Portrait de smile
J'aime 0

Salut Elisa,

Non lors de grosses crises, le médecin me donne des cortico!ides en cure courte, ce qui n'a généralement pas d'effet immédiat, ou du tramal.

Bonne journée

Portrait de docteur Richard Martzolff
J'aime 0

Autant vous le dire tout de suite, en théorie les anti-inflammatoires que ceux-ci soient stéroïdiens (corticoïdes) ou non stéroïdiens (VOLTARÈNE, PROFÉNID pour les plus connus) ne sont pas efficaces.

Maintenant, ceci est valable en théorie et c'est ce qui se dit dans tous les congrès médicaux sur la fibromyalgie.
Bien entendu il semble exister un bémol puisque certains d'entre vous éprouvent un soulagement après avoir absorbé ces substances.
Personnellement en ce qui concerne les malades, j'ai rarement vu un fibromyalgique soulagé par ce médicament c'est-à-dire les anti-inflammatoires de façon générale.
D'autre part en ce qui concerne les antalgiques, c'est-à-dire des antidouleurs, certains sont efficaces. C'est ainsi que le paracétamol semble diminuer légèrement la douleur. La morphine, quant à elle, n'a aucune efficacité chez chez un individu RÉELLEMENT atteint de fibromyalgie.
Cette partie du forum est importante. En effet, logiquement une personne soulagée par des anti-inflammatoires, la morphine, et les antalgiques puissants ne présente pas de fibromyalgie mais une autre affection qui a été confondue avec la fibromyalgie.
C'est la raison pour laquelle, je le répète jamais suffisamment, le diagnostic de fibromyalgie ne se pose pas la légère et nécessite une confirmation part au minimum 2 médecins.

Portrait de elisa7
J'aime 0

bonjour docteur,
alors, me concernant, les antalgiques(acupan ou klipal), soulagent lorsque je fais une cruralgie, ou que j'ai les cervicales "bloquées" avec fortes migraines.Par contre il est vrai que les douleurs ne sont soulagées qu'à40/100. je ne prends pas d'anti-inflammatoires(allergique) et le solupred m'a déjà soulagée les maux de tête, mais là encore le reste des douleurs n'est pas soulagé.Par contre, les myo-relaxants, semblent+ efficaces dans mon cas.Mais pas à 100/100.Alors, si j'ai bien compris, il n'existe rien qui puisse nous soulager à 100/100?
Elisa

Portrait de anonymous
J'aime 0

docteur Richard Martzolff wrote:
Autant vous le dire tout de suite, en théorie les anti-inflammatoires que ceux-ci soient stéroïdiens (corticoïdes) ou non stéroïdiens (VOLTARÈNE, PROFÉNID pour les plus connus) ne sont pas efficaces.

Maintenant, ceci est valable en théorie et c'est ce qui se dit dans tous les congrès médicaux sur la fibromyalgie.
Bien entendu il semble exister un bémol puisque certains d'entre vous éprouvent un soulagement après avoir absorbé ces substances.
Personnellement en ce qui concerne les malades, j'ai rarement vu un fibromyalgique soulagé par ce médicament c'est-à-dire les anti-inflammatoires de façon générale.
D'autre part en ce qui concerne les antalgiques, c'est-à-dire des antidouleurs, certains sont efficaces. C'est ainsi que le paracétamol semble diminuer légèrement la douleur. La morphine, quant à elle, n'a aucune efficacité chez chez un individu RÉELLEMENT atteint de fibromyalgie.
Cette partie du forum est importante. En effet, logiquement une personne soulagée par des anti-inflammatoires, la morphine, et les antalgiques puissants ne présente pas de fibromyalgie mais une autre affection qui a été confondue avec la fibromyalgie.
C'est la raison pour laquelle, je le répète jamais suffisamment, le diagnostic de fibromyalgie ne se pose pas la légère et nécessite une confirmation part au minimum 2 médecins.

Bonsoir,

finalement comme aucun élément concret, comme des analyses de sang, ne permettent un diagnostic de fybromyalgie, peut-on alors dire que toutes les maladies impossible à diagnostiquer, sont automatiquement "rangées" dans la fybromyalgie?

En bref, quand on ne trouve pas les causes des douleurs, on dit que c'est une fybromyalgie!

C'est tout de même stressant cette histoire!

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonsoir,

Pour ma part, je souffre depuis plusieurs mois, douleurs au rachis dorsales et au cervicale nuque très raide et jambes en coton qui se fatigent treès rapidement à la marche. J ai également des problemes à l' estomac gastrite chronique et des douleurs aux intestins (colites chroniques) je viens de sortir de l hopital et ils viennent de me changer le traitement avant j'étais sous lyraca à 300 mg par jour. Maintenant je prends du neurotin 300 mg et anodin en ampoule 3/J , uteplex 3/J et des dolipranes 1 G 4/J cela m a calmé les douleurs que quelques jours au niveau du dos mais je n ai toujours pas de force dans les jambes il se trouve que j ai passée un EMG et que les muscles des 2 jambes sont très pauvre niveau nerf tout semble normale, on a trouvé également que j'avais des discopaties, de l artrose et des pincements des diques aux niveau des lombaires, rachis dorsal et cervicales de plus j ai une tendance ostéoporose aux lombaires avec un niveau très bas pour le col du fémur.
Des douleurs aux articulations des membres (genoux, coudes, poignets, chevilles, le bassin, les épaules)

Les médecins à l hopital pensent que je souffre de fibromiagie et attentent des résultats sangins je ne sais pas trop de quoi je souffre et que les médecins n arrivent pas vraiment à mettre un nom sur mon état.

Merci a tous pour votre soutient

Portrait de anonymous
J'aime 0

Atteinte de fibromyalgie, le seul "remède" efficace en ce qui me concerne c'est l'activité physique adaptée = la marche et surtout le stretching sans forcer. J'ai la chance d'avoir une amie ex-prof de sport atteinte elle-aussi, qui m'a indiqué les étirements à faire et ce, même avant de sortir du lit. Contrairement à ce que je craignais, le stretching ne me fais pas mal aux muscles, au contraire... j'ai moins mal après une séance! Ceci dit, il convient de ne pas le pratiquer n'importe comment, c'est à dire qu'il faut bien adapter sa respiration et respecter après la période de relaxation. Je complète ce "traitement" par des séances de sophrologie et j'avoue que depuis je me sens bien plus détendue et que ça a un effet très positif sur mon moral.
Ceci dit, il m'arrive toujours d'avoir des "crises" aussi douloureuses qu'imprévisibles, pendant lesquelles le stretching m'est impossible mais je continue toujours à marcher malgré la douleur, sans tenter un record et je n'ai pas plus mal après 5kms qu'avant. Dans ces cas de crises aiguës, c'est la sophrologie qui me soulage le plus, elle me permet de me déconnecter de ma douleur et ça repose !

Portrait de lina
J'aime 0

bonjour a tous .je suis d'accord par le fait qu'il faut continuer a avoir une activite physique,j'en fait l'experience chaque jour.il faut dire que je suis a la retraite .je mène une vie très régulière ,essaie de m'alimenter le plus equilibré possible.je me couche vers 22 heures,me lève entre 9 h et 9h 30,prends le temps de bien petit dejeuner.vaque a mes occupations de façon a pouvoir sortir tous les après-midi et ceci malgré mes douleurs.maintenant je ne fait pas plus de 15 km a vélo ou minimum 1 heure de marche,car activité ou pas les douleurs sont toujours présentes alors mieux vaut s'entretenir.je fais egalement des étirements surtout le matin avant de sortir du lit,j'ai toujours été active et pour moi il est nécessaire de bouger et prendre l'air.comme je l'ai ecrit precédemment le traitement j'usqu'a présent qui me permets de mieux vivre est la prise de 10 gouttes de laroxil et 4 gouttes de rivotril le soir.sur demande de mon généraliste j'ai fait l'essai d'arreter progressivement mais 8 jours après des douleurs a d'autres endroits sont apparues (aux cervicales avec maux de tètes,et les angoisses etaient de retour).conclusion retour a la case départ .il est vrai que j'aimerais ne rien prendre car j'ai peur de la dépendance mais ai-je le choix?quand je lis les messages concernant cette maladie je me dis que mon traitement est léger comparé a d'autre,je pense que lorsqu'on a mis un nom sur mes douleurs (ça a été long plusieurs mois)j'ai fini par me dire qu'il fallait que je continue a vivre avec malgré que ce ne soit pas tous les jours facile.il nous reste a espérer qu'un jour viendra on trouvera l'origine et le traitement adequats
bon courage a toutes et a tous et merci au docteur de s'interesser a notre cas

Portrait de elisa7
J'aime 0

bonsoir lina,
15 km en vélo a l'age de la retraite!! je suis admirative moi qui fait un exploit lorsque j'en fais2 sur le vélo d'appart.Et je suis loin de l'age de la retraite.Par contre comment fais tu pour dormir11heures par nuit?j'en dors 3ou4, et c'est le probleme de tous les fibros:impossible de dormir...As tu un médicament spécial? un truc? si oui merci de ns le faire partager(11heures de sommeil, le rêve)
courage à tous,
elisa

Portrait de lina
J'aime 0

bonsoir a toutes et tous.pour ce qui est du vélo il faut dire qu'avant que ce problème de santé me tombe dessus,je faisais une moyenne de50 kms chaque dimanche,ces 4 années avant ma retraite je travaillais dans un mc do (travail assez physique surtout pendant le ruch!!)j'etais unpeu l'exception etant donne mon age mais j'assumais et j'étais loin d'ètre la moins rapide!!,auparavant je travaillais en usine dans la confection (travail aux pièces et a la chaine),vous voyez,j'ai toujours été très active (début de travail a 14 ans) et j'ai elevé 3 enfants.mais pour moi le sport est un défouloir je suis d'un naturel anxieux et ça me faisait du bien moralement et physiquement.maintenant je suis très frustrée de ne pas pouvoir en faire davantage.le specialiste de la douleur que j'ai consulté m'a conseillé de continuer mais doucement sans forcér;les jours ou les douleurs sont supportables et meme si besoin prendre des antalgiques,mais de toute manière quand j'ai trop mal je reste tranquille.pour ce qui est de dormir comme je l'ai déja dit je recommence ce traitement depuis une semaine car mon médecin géneraliste m'avait demander de diminuer progressivement et d'essayer d'arréter.il est vrai que je me couche autour des 22 h mais je ne dors pas de suite ,je regarde la télé jusqu'a ce que morphée m'appelle,et le matin je paresse au lit puisque rien ne presse.j'ai toujours eu besoin de 9 heures de sommeil minimum,mais lorque j'ai diminuer les gouttes il est evident que les nuits me semblaient longues car très entrecoupées d'insomnies et beaucoup plus de douleurs nuits et jours.je constate effectivement que ce traitement me convient assez bien puisqu'il me permets de dormir pas trop mal ,et atténue mes douleurs disons qu'elles sont plus supportables,le matin je me ménage de façon a essayer de pouvoir sortir l'après-midi mais les jours se suivent mais ne se ressemblent pas,alors je profite quand c'est possible.je n'ai pas encore trouvé le remède miracle mais j'ai appris a me connaitre a me ménager et j'essaie de gerer au mieux avec cette maladie qui m'accompagne pour continuer de vivre tout simplement.bon courage a tous

Portrait de elisa7
J'aime 0

bonsoir lina,
et bien ce traitement à l'air de bien te réussir, je suis contente pour toi.Si tu passes de bonnes nuits, sans trop de douleurs, avec des ballades de 15 kilometres, on peut dire que pour toi le traitement est efficace.Bonne continuation, et bonnes promenades
courage à tous,
elisa

Portrait de mysticdream
J'aime 0

Bonjour,
Je suis diagnostiquée fibromyalgique depuis 3 ans maintenant et j'ai un traitement lourd (lyrica 175 3x/jour, aldactone 50 2x/jour, lexomil le soir 1, ixel 50 3x/jour, rocgel 3x/j, inipomp 40 2x/j, melaxose 2 à 3 cuillères à dessert/jour, diantalvic 2gélules 2x/jour

En plus de cela je fais de la kiné-osthéopathie 2x/semaine, je vais commencer les séances de rééquilibrage en janvier, j'ai des hospitalisation s de jour 1x/semaine pendant 5 semaines puis 3 mois de coupure et je recommence. Je vois aussi une psychologue.

J'ai encore des douleurs, malgré tout cela, j'ai des pertes d'équilibre, j'ai tenté d'arrêter progressivement le traitement mais la perte d'équilibre est toujours présente.
Depuis la prise de traitement, j'ai perdu plus de 10 kilos.
Depuis le diagnostic del a fibromyalgie, d'autres problèmes sont apparus. J'ai en effet passé des IRM et scanner un an après le diagnostic puis encore 1 an après et on a remarqué un kyste arachnoÏdien lobe temporal gauche, une hernie cervicale au bas du cou, l'anévrisme noyaux gris centraux a augmenté très légèrement, des angiomes au niveau des dorsales. L'arthrose est bien présente également.
Dans les jambes, la tension trop importante des muscles fait que les os sortent des cavités et cela est très douloureux; Le kiné m'a expliqué que le muscle qui est le plus tendu tire de son côté et c'est de cela que l'os se déplace. Le bassin a tendance a rentrer vers l'intérieur.
J'ai besoin à cause de cela et de mon déséquilibre d'utiliser une béquille pour me déplacer.
Je viens de passer une échographie pelvienne, j'ai des fibromes en formation, un problème ovarien, des varices pelviennes.

Je remarque qu'au niveau de la notation de la douleur , je gagne un point sur l'échelle. Mais pas plus. J'ai essayé plusieurs médicaments que je n'ai pas supporté avant d'en arriver à un traitement que je supporte, je n'ai pas de nausées, je ne suis pas ensuquée. Par contre, je ne peux pratiquement plus manger de viande, de poisson, de sucrée, de pâtes, de riz, de laitage, de fromage. Tout cela me fait vomir.

Je suis surprise de ce que vous dites pour le lyrica et je ne comprends pas que la France l'utilise encore, et pour traiter la fibro.
Je suis également surprise pour les anti-inflamatoires, car les séances d'algologie sont à base d'anti-inflamatoires. Dans le cou, les piqures ne font rien au niveau de la tension musculaire. Au niveau de la ceinture, je reconnais que je n'ai plus la barre en bas du dos pendant un mois mais au toucher j'a mal, puis ça revient.

J'ai testé des médecines parallèles qui n'ont rien données.
Je me force cependant à bouger, marcher, j'ai des enfants que j'élève seule, et je m'en occupe. Cela me permet de bouger et de ne pas avoir l'espirt rivé sur la douleur.
J'ai perdu au niveau de l'intellectuel, aussi je suis entrée dans une association de locataires pour faire une activité , dans une asocation de parents d'élèves pour m'occuper des enfants et de mes enfants.

La maladie est présente, je la sens et je la vis. Je fais ce que je peux pour améliorer un peu mes conditions de vie. Je refuse de rester inactive. Je suis en ALD 30 et depuis plus de 3 ans en congé de maladie de longue durée. Je suis fonctionnaire donc à demi traitement.
Après avoir passé une matinée à faire le ménage, préparer le repas pour les enfants, la vaisselle, je suis tellement fatiguée qu'il m'arrive de ne même pas manger et d'aller me coucher dès midi ou 13 heures jusque 15 heures.

Je suis intéressée par tous les renseignements concernant les traitements qui pourraient être plus adéquats, les infos concernant la reconnaissance de la maladie, meme (et ça je trouve très intéressant) au niveau européen voire international. Même si certains disent que la fibro n'est pas une maladie mais une série de symptômes, il doit bien y avoir un début comme toute maladie, une origine pour répondre à "d'où vient-elle ? Pourquoi l'a-t'on ?", "Qui est susceptible de l'avoir ?".

Participez au sujet "anti-inflammatoires et fybromyalgie"