Portrait de bricri

bonjour, cela fait maintenant 1 an que je suis abstinente a l'alcool et que je suis fiere de moi. se delivrer de cet enfer est la meilleure chose qui me soit arrivé dans ma vie(a par la naissance de ma fille bien sur!).j'ai 33 ans et je ne me cache pas de dire que depuis l'adolescence j'ai toujours aimé faire la fete en trinquant; ca doit etre pour cela que quand j'ai ressenti un profond mal etre je me suis jeté a corps perdu dedans. je me suis marié a 25 ans avec un homme qui avait tout du prince charmant sauf qu'après quelque mois il s'est transformé en crapaud. ma vie s'est vite résumé a violences conjugales et pour mieux accepter les coups je prenais un verre cela m'aidait. je me sentais seule car pour ma famille et les amis nous avions tout d'un couple heureux. nous avions tous les 2 un travail, une jolie petite fille, l'ideal! seul mon papa se rendait compte que quelque chose clochait mais bon ... et puis le clash, ce dernier est mort brutalement en 2005(il avait bocoup bu lui aussi) et la ma vie a pris un terrible tournant. personne, (sauf ma marraine qui m'a toujours soutenu) pas meme ma mere ne comprenait mon chagrin. j'etais seule face a ma tristesse et a un mari qui redoublait de haine me sachant fragile; et la ,la descente aux enfers, je ne pouvais plus passer d'un verre pour tenir la tete hors de l'eau. j'etais plutot en train de me noyer mais personne et je dis bien personne pour me tendre une bouée. en avril 2006 apres une enieme crise conjugale (il m'avait brisé le cocsis et devant notre fille) mon mari a quitté la maison mais pour revenir un peu plus tard avec medecin et j'en passe pour me faireinterner en H.P.je ne savais plus ce qui m'arrivait.je n'ai que souvenir de ma fille qui hurlait et des sirenes d'ambulances.pour moi H.P signifiait asile, folie etc...j'ai eu peur et j'ai voulu m'enfuir ce qui m'a valu 7 jours attache en isolement. ensuite la bas j'ai fait la connaissance de mon ami actuel qui lui ne boit pas mais souffre de symptyomes apparentés a la schizophrenie. il m'a aidé a tenir bon parce que durent mon hospi d'un mois et demi je n'ai eu de nouvelles de personne pas meme de ma mere. a ma sortie mon mari avait fait sa route, tous les pretextes etaint bons pour ne pas que je voie ma fille(il lui a meme dit que j'etais morte). je suis parti vivre avec mon ami. il me soutenait car l'absence de ma fille etait cruelle; son pere etait devenu pour moi mon 2eme pere, il comblait l'absence du mien. mais on dirait que la fatalité s'acharnait, il est decede dans un accident de la route a noel 2006. rebelote, descente dans l'alcool. meme l'amour de mon ami n'etait pas assez fort pour que j'arrive a dire stop. ma vie n'est devenue que mensonges, solitude(car quand vous etes imbibé du matin au soir, on est pas interessant!!) et puis en mai 2007 ma mere qui pourtant ne se souciait guere de moi ma fait interner dans l'HP ou j'etais deja allé. j'y ai fait une cure de 3 semaines, je suis sorti et retour la bas unesemaine plus tard ou j'y suis restée 40 jours; de nouveau sortie et retour pour 3 semaines. mais chaque hospi a ete benefique, je suis passé du deni total a la volonté de m'en sortir. durant ma derniere hospi j'ai divorcé et le fait de reprendre mon nom de jeune fille ma délivre d'une grande souffrance. et puis je me suis accrochée a l'image de ma fille dont je n'ai pas la garde bien sur, a l'amour de mon ami qui m'ont fait réagir. j'ai eu a faire a un psychiatre génial mais pas commode et surtout a une équipe de soignants formidables dont la plupart sont devenus des amis. a ma sortie j'ai su dire non au verre qu'on m'offrait et du coup mon telephone a sonné de moins en moins souvent. ceux qui se disait des amis n'en était véritablement pas. mon ami enchaine hospi sur hospi depuis quelques mois maintenant donc je me suis souvent retrouvé seule et triste mais je n'ai jamais eu l'envie de racheter une bouteille pour faire face. j'ai touché le fond et j'ai su remonté a la surface donc pas question de couler de nouveau; comme je l'ai dit je suis souvent seule et encor aujourd'hui alors j'ai organisé ma vie du mieux que je le peux. je fais de la rando, des loisirs créatifs etc...j'essaie chaque jour qui passe de retrouver de la dignité et chaque jour qui passe est une victoire sur l'alcool. je ne prends plus aucun medicament quelqu'il soit et je me sens revivre. la seule ombre au tableau est que l'entourage a du mal a refaire confiance? c'est dur a vivre mais le principal c'est que je suis moi. je n'ai plus honte adire que je suis passée par la case alcool dans ma vie. apres tout personne est a l'abri. mon ami est hospitalisé en ce moment mais je ne baisse pas les bras car on a tous le droit au bonheur et a une seconde chance. j'ai retrouvé du travail depuis peu et je m'apprete a ressaisir le tribunal pour avoir ma fille. meme si c'est un échec je suis devenue plus forte pour affronter ca. je sais qu'un an d'abstinence c'est peu, qu'on est soigné mais pas guéri mais je peux affirmer que durant cette année j'ai reappris a vivre. je veux dire a tous ceux qui veulent s'en sortir que c'est possible.bon courage a tous! P.S: j'ai cité ma marraine sans trop insister car elle a de son coté bocoup de problemes mais je souhaite a tout le monde d'avoir une personne comme elle c'est a dire une personne exceptionnelle. je l'aime enormement et je la remercie pour tout.

Portrait de chris67
J'aime 0

Bricri,

je viens de lire ton message... qui m'a beaucoup touché.... je voulais tout simplement te feliciter.... pour cette " remonter en force " ... chapeau bas à toi , la vie apparement n'a pas ete facile et ne l'ai tjs pas ... mais tu te bats envers et contre tous ....tu es quelqu'un de tres fort , n'en doute jamais ....

J'espère de tout coeur que tu auras la garde de ta fille.... je croise les doigts.....

Continue sur ta lancée .... gros bisous

Christèle

Portrait de bricri
J'aime 0

que d'emotion quand j'ai lu ton message de soutien Christele.
je te remercie beaucoup pour ton soutien car c'est grace a des personnes comme toi qu'on peut tenir le coup...

bisous brigitte

Portrait de titinne
J'aime 0

Ton parcours force l'admiration et le respect.
Malgré tes séjours en HP où les patients sont souvent assimillés à des fous , je crois que tu as la tête bien plus sur les épaules que nombre d'entre nous.
Il me semble qu'avec une force pareille , tu ne pourras que t'en sortir haut la main.
J'espère trés sincêrement que tu parviendras à récuperer ta fille et , d'ailleurs , je crois fermement que tu y arriverra. Si ça n'est pas aujourd'hui , se sera demain.

Surtout , ne baisse pas les bras , mille et mille bravo à toi,

Gros bisous ,

Ttinne

Portrait de bricri
J'aime 0

merci beaucoup titine pour tes encouragements.
merci aussi de voir les H.P autre que des asiles de fous car malheureusement la mentalité de la plupart des gens est bornée.
quand a ma fille, je vais me battre; je ne manquerais pas de te tenir au courant.

mille mercis... bisous

Portrait de cristelibri
J'aime 0

bricri wrote:
bonjour, cela fait maintenant 1 an que je suis abstinente a l'alcool et que je suis fiere de moi. se delivrer de cet enfer est la meilleure chose qui me soit arrivé dans ma vie(a par la naissance de ma fille bien sur!).j'ai 33 ans et je ne me cache pas de dire que depuis l'adolescence j'ai toujours aimé faire la fete en trinquant; ca doit etre pour cela que quand j'ai ressenti un profond mal etre je me suis jeté a corps perdu dedans. je me suis marié a 25 ans avec un homme qui avait tout du prince charmant sauf qu'après quelque mois il s'est transformé en crapaud. ma vie s'est vite résumé a violences conjugales et pour mieux accepter les coups je prenais un verre cela m'aidait. je me sentais seule car pour ma famille et les amis nous avions tout d'un couple heureux. nous avions tous les 2 un travail, une jolie petite fille, l'ideal! seul mon papa se rendait compte que quelque chose clochait mais bon ... et puis le clash, ce dernier est mort brutalement en 2005(il avait bocoup bu lui aussi) et la ma vie a pris un terrible tournant. personne, (sauf ma marraine qui m'a toujours soutenu) pas meme ma mere ne comprenait mon chagrin. j'etais seule face a ma tristesse et a un mari qui redoublait de haine me sachant fragile; et la ,la descente aux enfers, je ne pouvais plus passer d'un verre pour tenir la tete hors de l'eau. j'etais plutot en train de me noyer mais personne et je dis bien personne pour me tendre une bouée. en avril 2006 apres une enieme crise conjugale (il m'avait brisé le cocsis et devant notre fille) mon mari a quitté la maison mais pour revenir un peu plus tard avec medecin et j'en passe pour me faireinterner en H.P.je ne savais plus ce qui m'arrivait.je n'ai que souvenir de ma fille qui hurlait et des sirenes d'ambulances.pour moi H.P signifiait asile, folie etc...j'ai eu peur et j'ai voulu m'enfuir ce qui m'a valu 7 jours attache en isolement. ensuite la bas j'ai fait la connaissance de mon ami actuel qui lui ne boit pas mais souffre de symptyomes apparentés a la schizophrenie. il m'a aidé a tenir bon parce que durent mon hospi d'un mois et demi je n'ai eu de nouvelles de personne pas meme de ma mere. a ma sortie mon mari avait fait sa route, tous les pretextes etaint bons pour ne pas que je voie ma fille(il lui a meme dit que j'etais morte). je suis parti vivre avec mon ami. il me soutenait car l'absence de ma fille etait cruelle; son pere etait devenu pour moi mon 2eme pere, il comblait l'absence du mien. mais on dirait que la fatalité s'acharnait, il est decede dans un accident de la route a noel 2006. rebelote, descente dans l'alcool. meme l'amour de mon ami n'etait pas assez fort pour que j'arrive a dire stop. ma vie n'est devenue que mensonges, solitude(car quand vous etes imbibé du matin au soir, on est pas interessant!!) et puis en mai 2007 ma mere qui pourtant ne se souciait guere de moi ma fait interner dans l'HP ou j'etais deja allé. j'y ai fait une cure de 3 semaines, je suis sorti et retour la bas unesemaine plus tard ou j'y suis restée 40 jours; de nouveau sortie et retour pour 3 semaines. mais chaque hospi a ete benefique, je suis passé du deni total a la volonté de m'en sortir. durant ma derniere hospi j'ai divorcé et le fait de reprendre mon nom de jeune fille ma délivre d'une grande souffrance. et puis je me suis accrochée a l'image de ma fille dont je n'ai pas la garde bien sur, a l'amour de mon ami qui m'ont fait réagir. j'ai eu a faire a un psychiatre génial mais pas commode et surtout a une équipe de soignants formidables dont la plupart sont devenus des amis. a ma sortie j'ai su dire non au verre qu'on m'offrait et du coup mon telephone a sonné de moins en moins souvent. ceux qui se disait des amis n'en était véritablement pas. mon ami enchaine hospi sur hospi depuis quelques mois maintenant donc je me suis souvent retrouvé seule et triste mais je n'ai jamais eu l'envie de racheter une bouteille pour faire face. j'ai touché le fond et j'ai su remonté a la surface donc pas question de couler de nouveau; comme je l'ai dit je suis souvent seule et encor aujourd'hui alors j'ai organisé ma vie du mieux que je le peux. je fais de la rando, des loisirs créatifs etc...j'essaie chaque jour qui passe de retrouver de la dignité et chaque jour qui passe est une victoire sur l'alcool. je ne prends plus aucun medicament quelqu'il soit et je me sens revivre. la seule ombre au tableau est que l'entourage a du mal a refaire confiance? c'est dur a vivre mais le principal c'est que je suis moi. je n'ai plus honte adire que je suis passée par la case alcool dans ma vie. apres tout personne est a l'abri. mon ami est hospitalisé en ce moment mais je ne baisse pas les bras car on a tous le droit au bonheur et a une seconde chance. j'ai retrouvé du travail depuis peu et je m'apprete a ressaisir le tribunal pour avoir ma fille. meme si c'est un échec je suis devenue plus forte pour affronter ca. je sais qu'un an d'abstinence c'est peu, qu'on est soigné mais pas guéri mais je peux affirmer que durant cette année j'ai reappris a vivre. je veux dire a tous ceux qui veulent s'en sortir que c'est possible.bon courage a tous! P.S: j'ai cité ma marraine sans trop insister car elle a de son coté bocoup de problemes mais je souhaite a tout le monde d'avoir une personne comme elle c'est a dire une personne exceptionnelle. je l'aime enormement et je la remercie pour tout.
Portrait de xavier6362
J'aime 0

bricri
Tu es un des nombreux synonymes de conquérante : battante, vainqueur, colonisant, envahissante(pour l'ennemi),fière,guerrière,subjuguant,prenante, envoûtante,...
En quelques mots : tu es la grande gagnante.
Félicitations

Portrait de cougouliere
J'aime 0

Bricri

Tu es trrès forte et je ne doute pas que tu t'en sortes
Je voudrais simplement te dire que j'ai été dans le meme cas (sans violence ) et qu'il y a un organisme auquel j appartiens qui pourrais t aider

ALCOOLIQUE ANONYME

essaie de chercher sur internet par rapport à ta région tous les gens qui fréquentent cette association se trouve dans le meme cas

TENIR BON

Je te souhaite bon courage

JC

Portrait de carolouan
J'aime 0

Ton témoignage est touchant, il faut s'en inspirer.
Je suis alccolique c'est certain, je bois seule, le soir, entre un et deux litres de vin, muscat ... Parallèlement je me gave.
Je veux que personne de mon entourage ne soit au courant alors je ne sais pas trop vers qui me tourner. Meme si je suis parfaitement lucide sur mon état, c'est difficile de s'en ouvrir aux autres.

Participez au sujet "alcool, solitude et victoire"