Sismothérapie

Synonymes : électrochoc, électro-narcose, électroconvulsivothérapie (ECT), choc électrique (terme utilisé essentiellement en cardiologie).

Terme issu du grec de seismos : secousse, et thérapéia : thérapeutique.

Technique consistant faire passer un courant alternatif entre deux électrodes placées de part et d’autre du crâne, de façon à provoquer une convulsion due à la stimulation des centres à l’origine de crises d’épilepsie chez un patient.

L’intensité électrique est de 300 milliampères sous 60 à 90 V. Ce courant est appliqué pendant 1 ou 2 dixièmes de seconde chez un patient ayant subi une anesthésie et un traitement par curare. Le curare est un médicament d’origine le plus souvent végétale, qui bloque de façon temporaire la transmission entre le neurone et le muscle, ce qui aboutit à une paralysie généralisée. C’est en 1936 que deux Italiens Cerletti et Bini ont mis au point cette technique qui s’est révélée être le premier traitement psychiatrique efficace dans la dépression nerveuse. Par la suite, il a été jugé par certains comme trop brutal et a été progressivement remplacé par des médicaments antidépresseurs.

Le principe consiste à faire « décharger » plusieurs neurones en même temps, grâce à l’utilisation d’une stimulation électrique entraînant des convulsions que l’on peut rapprocher d’une crise d’épilepsie. Les secousses musculaires, qui devraient être douloureuses, sont atténuées grâce à l’utilisation du curare, médicament agissant sur les muscles. Le patient se réveille dans les 3 ou 4 minutes et il demeure confus pendant environ une demi-heure. Environ 2 % seulement des patients hospitalisés pour une dépression sévère bénéficient de cette thérapeutique. Ce sont essentiellement les patients résistant au traitement médicamenteux, ceux qui présentent un délire ou une hyper anxiété.

Des résultats positifs sont obtenus chez environ 90 % des patients après environ 6 à 12 séances à raison de deux à trois séances par semaine. Par la suite, il est possible de proposer au patient un traitement d’entretien à intervalle régulier. Les contre-indications sont exceptionnelles, c’est essentiellement l’hypertension intracrânienne (augmentation de la tension à l’intérieur du crâne).

Aucun commentaire pour "Sismothérapie"

Commentez l'article "Sismothérapie"