Prostaglandine (PG)



voir également acides gras, plaquettes, prostate



Substance dérivée d'acides gras non saturés (ou acides gras insaturés, c'est-à-dire dont les atomes de carbone sont reliés par 2 ponts) ayant une structure biochimique appelée prostanoïde, et dont il existe 20 variétés réparties en neuf classes, nommées de A à I (PGA, PFE, PGF, PGI etc…) selon leur structure.
Les prostaglandines ont été découvertes au début du siècle dans le liquide séminal (liquide contenu dans le réservoir contenant le sperme).
A cette époque, les chercheurs étaient persuadés que les prostaglandines étaient fabriquées dans la prostate (glande sexuelle masculine entourant le début de l'urètre, qui est le conduit amenant l'urine de la vessie à l'extérieur), ce qui explique leur nom.
On les retrouve également dans d'autres organes, mais leur rôle qui n'est pas clairement élucidé actuellement.
Après avoir été utilisées, elles sont détruites en quelques minutes.
On pense actuellement qu'elles jouent un rôle de médiateur dans l'activité des cellules et au cours de nombreux processus comme la contraction de l'utérus, les sécrétions gastriques, la circulation sanguine cérébrale ou la mobilité du tube digestif.

Les principales actions des prostaglandines sont :
- Un effet vasoconstricteur (entraînant la diminution du calibre des vaisseaux), facilitant l'agrégation des plaquettes (regroupement et accolement des plaquettes entre elles), pour la classe des thrombokinases.
- Protection des cellules, vasodilatation (augmentation du calibre des vaisseaux) et frein à l'agrégation des plaquettes, pour la classe des prostacyclines, qui sont sécrétés par l'endothélium vasculaire et les poumons (leur durée de vie est de 3 minutes).
- Réactions d'hypersensibilité immédiate (allergies), bronchoconstriction (fermeture du diamètre des bronches) et augmentation de la perméabilité des vaisseaux, pour la classe des leucotriènes, qui sont des substances libérées par les macrophages et les polynucléaires neutrophiles (variété de globules blancs) sous l'influence d'une enzyme.

Utilisations thérapeutiques
- En gastro-entérologie, leurs propriétés protectrices vis-à-vis de la muqueuse de l'estomac les font utiliser dans le traitement de l'ulcère gastroduodénal : à forte dose, elles diminuent la fabrication et la sécrétion d'acide chlorhydrique.

- En gynécologie et en obstétrique, elles permettent de provoquer l'interruption de grossesse (en cas d'avortement thérapeutique) mais également accentuent l'évacuation du contenu de l'utérus en cas d'avortement incomplet. Elles sont d'autres part utilisées pour la préparation à l'accouchement, en raison de leur action sur le col de l'utérus : le gel de prostaglandine que l'on dépose sur le col de l'utérus et sa préparation injectable favoriseraient le déclenchement de l'accouchement.

- Les prostaglandines sont également utilisées en cas d'insuffisance rénale (insuffisance de fonctionnement des reins).

Effets secondaires
- Nausées
- Vomissements
- Diarrhée
- Douleurs abdominales
- Céphalées (maux de tête)
- Vertiges
- Les prostaglandines sont susceptibles d'entraîner une réaction allergique ainsi qu'une insuffisance hépatique ou rénale.

Contre-indications
- Glaucome
- Asthme
- Hypertension artérielle

Aucun commentaire pour "Prostaglandine (PG)"

Commentez l'article "Prostaglandine (PG)"