Pinguécula

Synonyme : pinguicula.

Terme issu du latin pinguiculus, diminutif de pinguis : gras.

Petite zone de la conjonctive (membrane tapissant le devant de l’œil et la partie interne des paupières), en relief et de coloration jaunâtre, apparaissant sous la forme d'une saillie dont le volume est comparable à celui d'une petite lentille. La pinguécula est constituée de tissu conjonctif et d’une association de cellules épithéliales (cellules de recouvrement des tissus exposés à l'air). Contrairement à l'étymologie de son nom, la pinguicula n'est pas constitué de tissu graisseux.

Chez l'adulte, ces lésions sont extrêmement fréquentes et sans gravité, à condition qu'elles n’évoluent pas sous la forme d'une inflammation appelée pinguécolite.

Le tissu conjonctif est présent partout dans le corps humain : c'est le plus abondant et le plus répandu des tissus. On le trouve dans presque tous les organes, à part certains comme le cerveau. La peau est particulièrement riche en tissu conjonctif.

Diagnostic différentiel : il ne faut pas confondre la pinguéla avec le ptérygion
Le ptérygion est un épaississement de la conjonctive sous la forme d'un triangle dont la base est située vers l'extérieur de l’œil et dont le sommet se dirige vers la cornée (partie transparente de la conjonctive à l'avant de l'iris), l’envahissant progressivement. La pinguécula ressemble au ptérygion mais le ptérygion traverse le limbe de la cornée et empiète sur la surface de la cornée, alors que la pinguécula s'observe dans le limbe temporal (du côté des tempes) ou nasal (du côté du nez). Le limbe cornéen, ou scléro-cornéen, est le bord de la cornée qui s'unit avec la sclérotique (blanc de l’œil).

Aucun commentaire pour "Pinguécula"

Commentez l'article "Pinguécula"