Pédopsychiatrie (généralités)

Grec : païs, païdos : enfant et psychiatrie.

Définition 

Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent.

Épidémiologie 

De façon générale, les garçons semblent beaucoup plus fragiles que les filles sans qu'il existe pour l'instant une explication univoque. 

Historique 

Avant le premier congrès international de pédopsychiatrie à Paris en 1937, plusieurs médecins se sont intéressés aux troubles mentaux de l'enfant, mais également et parfois exclusivement à la rééducation en pédopsychiatrie. Parmi ceux-ci, il faut citer comme précurseur Ponce de Léon qui s'est occupé des sourds-muets et le Suisse Johann Heinrich Pestalozzi. Ces précurseurs de la pédopsychiatrie, discipline médicale récente de la fin du XIXe siècle, ont permis à des psychologues et des psychiatres comme Alfred Binet ou Théodore Simon de créer des méthodes psychométriques permettant de mesurer l'intelligence des enfants et surtout de dépister certaines déficiences mentales (débilités).

Freud ne s'intéressa pas qu'à la psychiatrie adulte, il démontra le rôle capital que jouent les comportements familiaux dans la survenue des troubles mentaux de l'enfant.

La fille de Freud, Anna Freud, Mélanie Klein (autrichienne) et Donald W. Winnicott (Britannique), puis les Français Jean Piaget et Henri Wallon insistèrent sur l'importance du processus de maturation cérébrale.

Enfin, il ne faut pour oublier Françoise Dolto et Bruno Bettelheim, qui est à leur tour enrichirent la pédopsychiatrie de leurs réflexions.

Progressivement, la psychiatrie adulte a déteint sur la pédopsychiatrie. En effet, par la reconnaissance de certains symptômes qui appartiennent à la fois au monde de l'enfance et à celui de l'adulte (dépression, anxiété) certaines thérapeutiques qui avait nettement amélioré le pronostic des malades mentaux adultes, ont pu être appliqués à l'enfant.

Aucun commentaire pour "Pédopsychiatrie (généralités)"

Commentez l'article "Pédopsychiatrie (généralités)"