Ictère du nouveau-né

Définition 

L'ictère du nouveau-né est la coloration jaune de la peau et des muqueuses (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air).

Généralités 

On distingue l'ictère simple appelé également physiologique, de l'ictère pathologique, le plus souvent dû à l'éclatement des globules rouges, survenant précocement par incompatibilité Rh ou ABO.

Un autre type d'ictère pathologique, est l'ictère prolongé, ou maladie de Gilbert, et de Crigler-Najjar. Cette variété d'ictère apparaissant dès le deuxième jour de la vie est intense et progressif, et relativement rare. Il s'agit d'une pathologie dont l'évolution est péjorative.

Classification 

On distingue :

L'ictère à bilirubine libre qui comprend :

  • L'ictère simple du nouveau-né, appelé également ictère physiologique, particulièrement fréquent, survenant essentiellement chez les prématurés. Ce type d'ictère est le résultat de deux processus : une immaturité des cellules du foie, et un taux bas d'albumine dans le sang des prématurés. Ce type d'ictère, apparaît au deuxième jour après la naissance, et disparait avant le 10ème jour.
  • L'ictère au lait maternel est le deuxième type d'ictère à bilirubine libre. Celui-ci est le résultat de la présence, dans le lait de la maman, d'une substance qui empêche la conjugaison de la bilirubine. Cette variété d'ictère, apparaît au cinquième jour après la naissance de l'enfant, puis diminue quand la mère n'allaite plus au moins pendant 3 jours. Ce type d'ictère, disparaît également quand le lait de la maman est chauffé à 60° centigrades. Il s'agit d'un ictère bénin.
  • L'ictère hémolytique du nouveau-né est un ictère précoce, qui survient au cours des 24 premières heures de la vie. Ce type d'ictère devient rapidement important, et s'associe à une destruction par éclatement des hématies (globules rouges) entraînant une anémie. On constate, d'autre part, une hépatomégalie (augmentation du volume du foie), et une splénomégalie (augmentation du volume de la rate) résultant d'une fabrication plus importante que la normale de globules rouges. L'ictère hémolytique du nouveau-né, (devenu plus rare depuis que l'on prévient l'incompatibilité par injection de gammaglobulines anti-Rh) est le résultat d'une incompatibilité Rh. Le déficit en glucose 6-phosphate-déshydrogénase, et les infections (bactériennes et virales) sont également la cause d'ictère hémolytique du nouveau-né.

L'ictère à bilirubine conjuguée : ce type d'ictère est plus rare que l'ictère à bilirubine libre. Il est souvent le résultat d'une hépatite infectieuse (colibacille), ou d'une hépatite virale (herpès, cytomégalovirus). Parfois, exceptionnellement, il est dû à un obstacle à l'élimination de la bile, soit intra-hépatique (canaux situés à l'intérieur du foie), soit extra-hépatique (voies biliaires situées en dehors du foie). Le résultat est une hépatomégalie (augmentation de volume du foie), associée à des selles décolorées, blanches. Beaucoup plus rarement, l'ictère à bilirubine conjuguée, est dû à des pathologies métaboliques (perturbant le fonctionnement normal de l'organisme), c'est le cas entre autres, de la tyrosinémie et de la galactosémie. Les maladies génétiques sont également en cause (mucoviscidose entre autres). Le traitement des ictères à bilirubine conjuguée vise à retirer l'obstacle sur le voie biliaire (intervention chirurgicale).

 

Aucun commentaire pour "Ictère du nouveau-né"

Commentez l'article "Ictère du nouveau-né"