Foetus : Symptômes

Physiologie 

Les perceptions du foetus sont sans doute beaucoup plus importantes que ce que l'on peut imaginer.

Ainsi les émotions de la maman, semblent pouvoir être perçues par celui-ci.

Le foetus est un gros dormeur, puisqu'il arrive à dormir jusqu'à 20 heures par jour.

Ce sont les modifications du rythme de son coeur qui trahissent ses phases de sommeil et d'éveil, durant lesquelles ses mouvements sont plus intenses. Ceux-ci apparaissent à partir de là de 10e semaine, et ne sont pas toujours perceptibles par la maman. Au départ automatiques, ils ne deviennent volontaires qu'au cinquième mois. Il s'agit avant tout d'une sorte de pédalage des jambes.

Le foetus remue également ses pieds plus ou moins brutalement à l'intérieur de l'utérus, ce qui lui permet de changer de position.

Les autres mouvements essentiels sont ceux de la main (il met son pouce dans la bouche).

Progressivement, les mouvements diminuent d'amplitude car le foetus manque de plus en plus d'espace pour bouger. Il n'existe pas de preuves des perceptions foetales.

Ainsi si celui-ci avale le liquide amniotique à partir du quatrième mois, il n'est pas certain qu'il perçoive le goût de ce liquide.

En ce qui concerne la vue (il semble préférable de remplacer le terme de vision par celui de perception), il est à peu près certain que le foetus perçoit la différence entre la lumière et l'obscurité, puisqu'il réagit à une stimulation extérieure lumineuse violente quand celle-ci est dirigée vers sa tête à travers la paroi de sa mère.

Le toucher se développe à partir du quatrième mois. Les preuves sont la réaction du foetus, quand il est touché à travers le ventre de la maman.

L'audition (perception des sons) apparaît à partir du sixième mois. En effet, le foetus réagit aux bruits extérieurs qui le font sursauter, ou qui l'apaisent, quand il s'agit d'une musique agréable.

La perception de la douleur semble se faire à partir du septième mois.

Physiopathologie 

Le kératome malin diffus congénital (en anglais keratoma malignum congenitale), appelé également( ichtyose fœtale, ichtyose intrautérine, foetus arlequin), est une maladie de peau (dermatose), survenant dès la naissance et se caractérisant par une kératinisation (dépôts de kératine) exagérée, et sur l' ensemble du corps, aboutissant à la formation d'une sorte de carapace totale, particulièrement épaisse, qui durcit et finit par se craqueler, se fendiller, entraînant une évolution péjorative pour le fœtus.

Le processus de kératinisation est un processus physiologique (normal), destiné à déposer à la surface de la peau une couche de kératine (variété de protéines), ayant pour but de protéger celle-ci contre les agressions extérieures (différences de température, sécheresse, humidité, attaque microbienne etc.).  Au cours de cette affection les dépôts de kératine sont exagérés.

Le kératome malin diffus congénital est une maladie héréditaire récessive (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que la descendance ait la pathologie).

La survenue de cette hyperkératisation aboutit également à l'obturation de certains orifices.

L' évolution est péjorative et entraîne le décès du fœtus en quelques jours à cause d'une carence alimentaire, et d'un épuisement de l'organisme s'accompagnant d'une asphyxie avec d'autres complications (infections).

Cette anomalie congénitale dont on ne connaît pas la cause avec précision et qui, d'ailleurs, est peu étudiée, semble concerner à ce jour environ 150 cas dans le monde.

Le bébé se caractérise par une enveloppe de peau, qui apparaît sous la forme d'une carapace interrompue à certains endroits par de profondes crevasses. Le poids du bébé est petit. Celui-ci ne présente pas de sourcils, ni de cils et ses oreilles sont plaquées contre la tête.

À l'examen on n'observe que deux trous qui remplacent habituellement les narines avec un nez aplati.

Cette peau est sèche et dure, elle peut-être comparable à celle d'un éléphant entre autres.

Les membres de l'enfant sont figés en flexion car ils sont emprisonnés dans une carapace rigide.

L'évolution du bébé Arlequin était, par le passé, rapidement fatale à cause de la rigidité de la peau qui entraînait une diminution des mouvements de l'appareil respiratoire, de la déglutition (le fait d'avaler) et de la succion. D'autre part cette rigidité cutanée aboutissait à une déformation de l'ensemble des membres.

Actuellement, grâce aux nursing intensifs, et en particulier à la couveuse, aux antiseptiques, à l'humidification de l'air que respire l'enfant, aux traitements locaux dermatologiques, à l'alimentation adaptée et de façon générale à la surveillance du bébé, il est possible de diminuer la mortalité de cette pathologie grâce entre autres, à l'utilisation de traitements médicamenteux, associés à une prise en charge préventive.

Le lithopédion est un foetus qui est mort et qui se calcifie après avoir passé un long séjour à l'intérieur de l'abdomen de la mère.

Ce phénomène, très rare, est le résultat de l'évolution d'une grossesse. Le lithopédion est découvert généralement par hasard à la suite d'un examen radiologique. En effet, la patiente ne se plaint d'aucuns symptômes susceptibles de trahir la présence du foetus calcifié dans son abdomen. Il s'agit d'une affection survenant essentiellement chez les femmes présentant un niveau socio-culturel défavorisé, ce qui aboutit à une diminution du nombre des consultations chez le médecin ou le gynécologue. Il s'agit également de personnes habitant dans des zones rurales, ou dans des zones sous médicalisées.

Le phénomène (physiopathologie) de constitution du lithopédion est le suivant : la grossesse, au lieu de se dérouler à l'intérieur de l'utérus, se produit à l'intérieur de l'abdomen. Il s'agit donc d'une grossesse extra-utérine qui n'est pas diagnostiquée à temps, et qui va évoluer jusqu'au cinquième ou sixième mois environ. Le lithopédion est découvert parfois très tardivement. Le cas d'une femme de 60 ans, a été relaté récemment.

Le fait de bien supporter le foetus calcifié à l'intérieur de l'abdomen ne provoque l'apparition d'aucun symptôme. Très rarement, les patientes âgées ressentent une fièvre, des douleurs abdominales ou pulmonaires (la patiente est alors considérée, à tort, comme une bronchitique) qui empêchent une respiration normale.

Les radiographies, dans ce cas, mettent en évidence le lithopédion et l'intervention chirurgicale donne le diagnostic. Le chirurgien découvre dans ce cas, le foetus qui est enveloppé dans des membranes, et au travers desquels, il est possible de découvrir également des cheveux.

Le foetus in foetu est un deuxième foetus qui grandit à l'intérieur d'un premier foetus et passe inaperçu. Le plus souvent il s'agit d'une anomalie bien tolérée, n'entraînant pas de complications de nature hémorragique ou infectieuse, entre autres. Chez quelques patientes le foetus in foetu grossi, ce qui aboutit à l'apparition de douleurs abdominales (variables selon la localisation). Le poids de ce nouveau foetus est plus ou moins important, il peut aller jusqu'à plus de deux kilos et mesurer 25 cm. Sa découverte nécessite bien entendu, une intervention chirurgicale, ayant pour but de le retirer. En dehors de l'abdomen, le foetus in foetu est susceptible de se localiser dans la vessie, un testicule, la boîte crânienne etc. Le plus souvent il est unique, mais il a été quelquefois observé la présence de deux ou trois voire plus, de foetus in foetu, à l'intérieur de leur frère jumeau. Cette anomalie est le plus souvent décelée grâce à l'échographie durant la grossesse.

Aucun commentaire pour "Foetus"

Commentez l'article "Foetus"