Endométriose

Définition 

L'endométriose se caractérise par la présence anormale de fragments d'endomètre, à l'extérieur de l'utérus. L'endomètre correspond aux tissus qui tapissent la cavité utérine.

Généralités 

Elle se caractérise par la présence de fragments d'endomètre (ou muqueuse utérine), qui viennent se greffer en dehors de l'utérus, sur des organes génitaux comme le corps de l'utérus ou les ovaires, mais également non génitaux comme le péritoine, membrane tapissant la paroi abdominale, ou le rectum.

Épidémiologie 

L'endométriose touche essentiellement les femmes blanches entre 25 et 40 ans, et représente une des causes les plus fréquentes de stérilité (30 à 40 % des patientes qui souffrent d'endométriose sont stériles).

Les femmes africaines, et les asiatiques ne sont pas à l'abri, mais sont moins touchées que les femmes occidentales.

Historique 

Brenda Eskenazi, une américaine de l'université de Berkeley, en Californie, a lancé une enquête épidémiologique, pour observer les cas d'endométriose, chez les Italiennes vivant à proximité de l'usine de Seveso, qui explosa en 1976. Selon cette étude, la dioxine serait cause d'endométriose.

Classification 

Il existe une classification qui date de la fin des années 1950. Elle prend en compte la gravité de l'endométriose, en considérant sa profondeur et sa localisation. Elle pose un problème particulier, en ce qui concerne les ovaires. Dans ce cas, l'endométriose est considérée comme étant plus grave que pour les autres localisations.
Cette classification, relativement désuète, dans la mesure où elle ne prend pas en compte la douleur de la patiente, ni l'endométriose non visible à l'œil nu, est composée de 4 degrés, allant de 0 à 40.

  • L'endométrome (en anglais endometrioma) appelé également endométrioide, solénome, adénomyome utérin, est une variété d'endométriose, de nature nodulaire, bien délimitée pouvant être incluse à l'intérieur du myomètre (muscle de l'utérus), ou déborder à l'intérieur de la cavité de l'utérus. Il s'agit d'une tumeur bénigne, qui se développe le plus souvent au niveau du tractus génital de la femme qui n'est pas ménopausée, et qui est constituée de tissus normaux (regroupement de cellules normales), mais inhabituels de par sa localisation au niveau de la muqueuse (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air) de l'utérus. On distingue plusieurs types de solénomes :
    • Les solénomes kystiques.
    • Les fibrosolénomes.
    • Les myosolénomes.
  • L'ensemble de ces nodules subit, à l'instar de l'endométriose, des modifications cycliques, en relation directe avec l'activité hormonale de l'ovaire. Ces tuméfactions, sont susceptibles d'augmenter de volume, aussi bien vers la surface qu'en profondeur.
  • On ne connaît pas avec exactitude, l'origine de l'endométrome. On pense qu'il s'agit d'un développement anarchique des débris embryonnaires (pour les spécialistes en embryologie et gynécologie), mullériens, wolfiens ou coelomiques. Il s'agit de formations qui se développent normalement chez l'embryon, mais qui ne devraient plus être présentes chez l'adulte.
  • D'autres théories ont été avancées, en particulier celles de l'essaimage, par voie tubaire (trompes de Fallope), par l'intermédiaire de la circulation sanguine, de fragments d'endomètre (couche de cellules recouvrant l'intérieur de l'utérus).
  • Pour certains spécialistes (en particulier Letulle), il s'agit dans ce cas d'endométrome erratique. Cette variété rare, se développe au niveau des intestins et plus rarement au niveau de la vessie sur les cicatrices, ou au niveau de l'ombilic.

1 commentaire pour "Endométriose"

Portrait de Nenuphar-
J'aime 0

LES TAMPAX, ARME CHIMIQUE MORTELLE

Les Tampax (et plus généralement tous les tampons périodiques) représentent un marché colossal. Or, qui sait que ces cartouches si absorbantes et si pratiques sont imbibées ... de DIOXINES - cette substance hautement cancérogène ?.../...

Une des maladies les plus directement liés à l’effet de perturbation endocrinienne de la dioxine libérée par les tampons est L’ENDOMETRIOSE.../...

En plus du cancer et de l’endométriose, Les perturbations des enzymes et des hormones causées par l’exposition à la dioxine ont été associées à : des anomalies congénitales, l’incapacité à porter une grossesse à terme, la diminution de la fertilité, l’installation du diabète, l’altération du système immunitaire, des problèmes pulmonaires, des maladies de la peau.

Lire l'article :
http://www.alternativesante.fr/coupdegueule/les-tampax-arme-chimique-mortelle/

Et que dites vous plus haut ?
« Brenda Eskenazi, une américaine de l'université de Berkeley, en Californie, a lancé une enquête épidémiologique pour observer les cas d'endométriose chez les Italiennes vivant à proximité de l'usine de Seveso qui explosa en 1976. Selon cette étude, LA DIOXINE serait cause d'endométriose. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J’ai été atteinte d’ENDOMETRIOSE à un stade très sévère de la maladie pendant de longues années. Maladie très douloureuse, très pénible, exténuante, invalidante… qui gâche votre corps, votre esprit, votre vie ! D’autant que les médecins ne m’ont pas écouté dès le départ. D’autant qu’ils n’avaient ensuite aucune réponse, aucune justification à cette maladie, ni aucun moyen de soulager les symptômes, ni les moyens de la soigner. A l’heure actuelle, on ne soigne toujours pas cette maladie ! Et pour cause ! A part des traitements de piqûres hormonales et leurs effets secondaires, très coûteuses, aliénantes, et de toute façon ce n’est pas un soin envisageable sur le long terme, ou l’opération définitive ( ablation de l’utérus et suivant les cas «castration» des ovaires ), c’est vivifiant de vous entendre donner cette seule solution quand vous êtes jeune et même moins jeune !

J’ai toujours su en mon for intérieur que cette maladie était
LE FRUIT D’UNE SALOPERIE !
Que j’étais victime d’UN EMPOISONNEMENT !

Vu que j’étais reléguée seule à ma douleur comme à l’enquête de sa source, j’avais envisagé 4 sources potentielles : les conséquences de Tchernobyl, la pilule, les tampons, l’eau ( plomberie, pollution…).
Quand les premiers symptômes sont apparus, mon corps rejetait avec violence les tampons de cette marque ! Il y avait une crispation très forte et douloureuse, insupportable, du vagin, qui a mis fin définitivement à l’emploi de ces tampons.

J’ai entendu les statistiques qui montent en flèche de l’endométriose.
« L'endométriose est l'une des maladies gynécologiques les moins diagnostiquées. Agissant sur la muqueuse utérine, elle touche environ 5 % des femmes en âge d'avoir un enfant. »
http://www.france5.fr/sante/dossier/maladie/appareil-uro-genital/lendometriose

C’est du GENOCIDE ! UN CRIME DE SANTE PUBLIQUE !

Existe-t-il un collectif, une association, qui a porté ou envisage de porter plainte ?

Commentez l'article "Endométriose"