Diversification alimentaire du nourrisson

Définition 

Introduction progressive d'une alimentation diversifiée.

Généralités 

Le lait maternel (ou son équivalent : le lait industriel 1er âge) est le seul aliment autorisé pendant les 4 à 6 premiers mois de la vie. La diversification alimentaire (apport d'une nourriture diversifiée) doit suivre quelques grands principes de façon à éviter des erreurs dont les principales conséquences sont la survenue d'une éventuelle allergie (eczéma, allergie alimentaire), des carences en certains nutriments et vitamines (en particulier en vitamine D), ainsi que des excès pouvant être préjudiciables (protéines, sodium, saccharose : variété de sucre).

De la naissance au 5e ou 6e mois, le nourrisson est incapable, pour des raisons anatomiques et physiologiques, "de pousser" les aliments vers l'arrière de sa bouche pour les avaler. Ce n'est qu'à partir de 9 mois, au moment où apparaissent les premiers mouvements de mastication (qui permettent de mâcher les aliments) que l'on peut commencer une alimentation plus proche de celle de l'enfant plus grand. En effet, l'introduction trop précoce d'aliments solides (et donc corrélativement la diminution du lait) entraîne des modifications pouvant être à l'origine de perturbations au niveau des reins, organe qui acquiert sa maturation durant la première année. Il en est de même pour le pancréas et pour les bactéries permettant la digestion des fibres alimentaires (présentes à la fin de la première année).

D'autre part, quand il existe un terrain atopique (allergique), il est fortement conseillé de retarder au maximum, au mieux jusque-au delà de 9 mois, l’introduction des aliments très allergisants comme les oeufs, les poissons, l'arachide, etc... Il en est de même certains autres aliments (farine, féculents, etc…) ou certaines classes de lipides (graisse) à cause de l'immaturité du pancréas.

Aucun commentaire pour "Diversification alimentaire du nourrisson"

Commentez l'article "Diversification alimentaire du nourrisson"