Anticorps irréguliers

Définition 

Appelée également agglutinine, les anticorps irréguliers sont des anticorps dirigés contre les globules rouges (ou érythrocytes). On parle également d'anticorps anti-érythrocytaires.

Les indications de la recherche d'anticorps irrégulier (RAl) sont :

  • La prévention est le diagnostic des incompatibilités anti-érythrocytaires en ce qui concerne les transfusions sanguines. En effet, chez l'ensemble des individus transfusés il est nécessaire d'effectuer une RAI trois mois après la transfusion afin de déterminer si l'individu est immunisé contre les globules rouges qui ont été administrés. Ceci est également intéressant pour sécuriser une future transfusion. Il s'agit d'une recherche qui est effectuée systématiquement chez les femmes enceintes présentant un Rhésus négatif ou précédemment transfusée et chez les femmes enceintes Rhésus positif au moins une fois au cours de la grossesse. Si la recherche de ces anticorps s'avère positive ceci permet de savoir quels sont les globules rouges qui ne devront jamais être transfusés à cette personne (sécurisation de transfusion ultérieure).
  • Le dépistage et la surveillance des incompatibilités entre les groupes sanguins de la mère et du foetus porté par cette maman. On dit dans ce cas qu'il y a allo-immunisation foeto-maternelle anti-érythrocytaire.

Pour mieux comprendre il est nécessaire de se souvenir que les sujets considérés comme Rhésus positif portent sur leur globules rouges une protéine particulière que l'on appelle l'antigène D.
La recherche d'anticorps irrégulier (RAI) se fera une fois et une seule fois chez les femmes enceintes Rhésus positif au cours du premier examen prénatal.

À l'opposé chez les femmes Rhésus négatif cette recherche d'anticorps irrégulier doit être effectuée à la fin du troisième mois de la grossesse et au cours des sixième, huitième et neuvième mois c'est-à-dire respectivement au cours des premier, quatrième, sixième et septième examen prénatal.
si, dans ce cas la détection s'avère positive il est nécessaire d'identifier avec précision l'anticorps c'est-à-dire la protéine contre laquelle il est dirigé. Il existe un grand nombre de protéines dans ce cas. Il faut alors pratiquer un groupage sanguin complet du père et surveiller de très près la maman c'est-à-dire au minimum toutes les trois semaines.

Si l'oneffectue un prélèvement de liquide amniotique qui contient des cellules du foetus ou bien en faisant un prélèvement de sang du foetus, il est possible d'obtenir précocement le groupe Rhésus du foetus. De cette façon on découvre éventuellement chez le foetus la protéine antigénique qui correspond à l'anticorps présent chez la mère. Il faut alors effectuer une surveillance étroite du foetus en envisageant certains traitements afin d'éviter la destruction des globules rouges du foetus. En effet, ceux-ci pourraient provoquer la survenue d'un ictère qui est appelé à devenir grave car susceptible d'avoir des répercussions sur le cerveau du foetus.

L'ensemble des recherches d'agglutinine irrégulière que l'on pratique chez la femme Rhésus négative ont également un but préventif.

Chez les femmes Rhésus négatif qui ont accouché d'un enfant Rhésus positif et qui ont conservé une recherche d'anticorps irréguliers négatifs il faut administrer, tout de suite après l'accouchement, des anticorps anti-D qui vont détruire les globules rouges du foetus passant dans la circulation de la mère au cours de l'accouchement et qui risqueraient éventuellement de provoquer une immunisation de la maman.

Il s'agit  d'une thérapeutique préventive (traitement préventif) que l'on réalisera à chaque fois qu'un enfant Rhésus positif va naître d'une même Rhésus négatif.

Voir également :
Incompatibilité Rhésus et agglutinine irrégulière

Aucun commentaire pour "Anticorps irréguliers"

Commentez l'article "Anticorps irréguliers"