La reconstruction mammaire par prothèse

Une reconstruction mammaire est souvent nécessaire après l’ablation d’un sein dans le cadre d’un cancer mammaire. Dans ces circonstances, l’intervention est prise en charge par l’assurance maladie.

La mammectomie est une intervention qui peut laisser des séquelles physique et morale importante, il est important pour ses femmes de savoir qu’il est possible de reconstruire un sein.

Là où certaines femmes accepteront de se contenter d’une prothèse externe, une reconstruction mammaire apparaîtra indispensable à d’autres pour se sentir toujours femme après l’ablation d’un sein, et ne rien changer à leurs habitudes vestimentaires, notamment le port de décolletés.

Une intervention prise en charge par l’assurance maladie

Parmi les méthodes de reconstruction mammaire actuellement disponibles, la plus courante est la mise en place d’une prothèse sous le muscle pectoral. Cependant, après la mastectomie, il est fréquent qu’il ne subsiste pas suffisamment de peau pour une intervention directe. Une première intervention consiste alors à introduire une prothèse provisoire « expanseur tissulaire » qui sera gonflée progressivement par du sérum physiologique pour augmenter la surface de peau, de la même manière que cela se produit pendant une grossesse. La prothèse définitive est insérée dans un deuxième temps puis, une troisième intervention aura pour but la reconstruction de l’aréole et du mamelon. Le résultat entraîne parfois une asymétrie avec l’autre sein sur lequel une intervention se révèle parfois nécessaire.

Comment choisir sa prothèse ?

Le chirurgien plasticien choisit la taille, la forme et la texture de la prothèse en fonction du volume souhaité par la patiente mais aussi en fonction de sa forme de thorax et de la forme du sein controlatéral. Une asymétrie entre les seins (qui existe souvent au naturel) demeure perceptible et la prothèse reste ferme en position allongée au lieu de s’étaler comme un sein réel. Cela dit, le choix subsiste entre un remplissage au sérum physiologique ou au gel de silicone, ce dernier présentant une sensation plus naturelle à la palpation. Il appartient également à la patiente et au chirurgien esthétique de choisir la forme la plus adaptée à sa morphologie. Quant à une enveloppe texturée, elle présente l’avantage de favoriser l’adhérence des tissus et d’ainsi réduire la formation d’une coque indurée.

L’intervention chirurgicale :

L’intervention se pratique sous anesthésie générale classique. Elle dure une à deux heures et nécessite un ou plusieurs jours d’hospitalisation. Si il y a eu mise en place d’un expandeur tissulaire, le chirurgien le gonflera au rythme d’une fois par semaine. Le port d’un soutien-gorge jour et nuit pendant plusieurs semaines. La survenue d’un œdème, un hématome, de fortes douleurs nécessitant la prise d’antalgique et accompagnées d’une gêne dans le bras sont possibles. L’implantation de la prothèse définitive a lieu six mois plus tard. À son issue, le sein présente normalement une fermeté excessive pendant deux à trois mois. 

PS : Il est aussi possible d'effectuer la reconstruction mammaire en même temps que la mastectomie, l'intervention est effectué en "double équipe". 

 

 

Aucun commentaire pour "La reconstruction mammaire par prothèse"

Commentez l'article "La reconstruction mammaire par prothèse"

Exprimez vous !