Quel rôle joue exactement le déficit partiel ou total en vitamine C dans la survenue d'un AVC ?
C'est la question que se posent les chercheurs après une étude qui constate que 60% des patients ayant eu une hémorragie cérébrale présentaient une carence modérée ou importante en vitamine C.

Un lien établi entre AVC et carence en vitamine C

Un lien avéré depuis 2008 ...
Le lien entre le taux de vitamine C et le risque d'accident vasculaire cérébral a été établi il y a plusieurs années, par une grande étude européenne publiée en 2008.
Les chercheurs avaient suivi pendant près de 10 ans plus de 20 000 hommes et femmes âgés de 40 à 79 ans et constaté que le risque d'AVC était moindre pour les personnes ayant la plus forte concentration en vitamine C.
Cette étude portait sur les 2 types d'AVC : l'AVC ischémique (obstruction d'un vaisseau du cerveau) et l'AVC hémorragique (hémorragie intracérébrale).

... confirmé par une nouvelle étude 
Des chercheurs français du CHU de Rennes, dirigés par le Dr Vannier, ont réalisé une nouvelle étude uniquement centrée sur les risques d'AVC hémorragique, qui sera présentée au Congrès annuel de l'Association Américaine de Neurologie le 30 avril prochain.
Ils ont comparé le taux de vitamine C de 65 patients victimes d'un AVC hémorragique à celui d'un groupe témoin (de même âge, mais en bonne santé).
Résultats :
45% des malades avaient un déficit modéré en vitamine C (contre 26% dans le groupe témoin)
14% des malades étaient carencés (contre 0% dans le groupe témoin)

Quand peut-on parler de déficit ou de carence en vitamine C ?
On considère que le déficit est modéré entre 38 µmol/l et 11 µmol/l
On parle de carence au-dessous de 11 µmol/l

La supplémentation en vitamine C peut-elle protéger d'un AVC ?
Ce n'est malheureusement pas aussi simple. En effet, les essais pratiqués se sont révélés décevants. Mais aucun n'a encore été mené sur des personnes carencées au départ ...
Si son impact sur la prévention reste donc à démontrer, il semble par contre que la supplémentation en vitamine C lors d'un AVC hémorragique permet de limiter la durée d'hospitalisation.

Comment interpréter le rôle de la vitamine C dans la survenue d'un AVC ?
Une alimentation équilibrée permet de couvrir les besoins quotidiens en vitamine C (une orange, par exemple, apporte pratiquement la dose quotidienne nécessaire).
Le déficit (voire la carence) observé lors des AVC est peut-être l'indicateur d'une alimentation fortement déséquilibrée.
Un régime alimentaire équilibré, riche en fruits et légumes, joue un véritable rôle dans le maintien de la santé. Y compris dans la prévention des AVC semble-t-il ...

 

Lire également :
AVC :  savoir reconnaître les signes pour agir vite
AVC : comment se protéger
Migraine et risque cardiovasculaire chez les femmes

 

Suivant Un virus mystérieux frappe des enfants aux USA

Aucun commentaire pour "Un lien établi entre AVC et carence en vitamine C"

Commentez l'article "Un lien établi entre AVC et carence en vitamine C"