Le terme est bien connu et même banalisé : on traite facilement de bipolaire quiconque est un peu lunatique ...
Pourtant, les troubles bipolaires constituent une vraie maladie psychiatrique qui nécessite une prise en charge médicale.

Découvrez comment identifier les symptômes de cette maladie encore mal diagnostiquée.

Troubles bipolaires : les signes qui doivent vous alerter

Qu'est-ce que la maladie bipolaire (aussi appelée troubles bipolaires) ?

On l’appelait il y a encore quelques années «psychose maniaco-dépressive », et ce terme, comme celui de « troubles bipolaires », illustre bien la caractéristique fondamentale de cette pathologie au cours de laquelle le malade passe sans transition d’un état d’excitation intense (phase maniaque : attention, en psychiatrie, le terme maniaque n’a rien à voir avec une quelconque obsession du rangement, mais fait référence à un état d’excitation incontrôlable) à un état de profonde dépression.

En d’autres termes, une personne atteinte de troubles bipolaires passe d’un « pôle » à l’autre, d’une euphorie sans limite à un effondrement moral profond.
Ces épisodes peuvent durer de quelques jours à quelques semaines, voire quelques mois.
La plupart des malades connaissent entre les épisodes maniaco-dépressifs des périodes de stabilité émotionnelle appelés euthymie ou normothymie.

Les troubles bipolaires ont été classés par l’OMS parmi les 10 pathologies les plus invalidantes.
Ils touchent aussi bien les femmes que les hommes.

Bien que la maladie bipolaire débute le plus souvent à l’adolescence et au début de l’âge adulte, on note 3 pics de fréquence : l’adolescence, 25 ans et 40 ans.
 

Difficulté à poser le diagnostic

La maladie bipolaire est souvent difficile à identifier lorsqu’elle commence par un épisode dépressif.
Le diagnostic se fait souvent 8 à 12 ans après le début de la maladie.
On estime que 40% des patients dépressifs pourraient en réalité être des bipolaires non diagnostiqués.
 

Signes avant-coureurs

Il faut donc être vigilant si un jeune de moins de 25 ans présente les signes suivants :

  • alternance de dépression et d’enthousiasme
  • accès de colère
  • hyperactivité
  • manque de discipline à l’école
  • dépenses déraisonnables
  • consommation d’alcool et/ou de drogues
  • anxiété généralisée
  • troubles alimentaires

Chacun de ces signes pris isolément n’est pas nécessairement lié à la maladie bipolaire, mais la présence de plusieurs d’entre eux doit alerter.

Attention à ne pas mettre des troubles graves du comportement sur le compte d’une soi-disant « crise d’adolescence ».

Symptômes de la maladie bipolaire

Pendant les périodes « maniaques », périodes d’excitation :

  • humeur changeante : de l’euphorie à l’agressivité sans transition
  • hyperactivité, énergie débordante
  • activités à risques : argent, sexe, sport, conduite automobile, …
  • irritabilité
  • sociabilité excessive
  • augmentation de l’énergie sexuelle
  • volubilité
  • désinhibition : vocabulaire, attitudes et tenues fantaisistes, voire osés
  • agitation motrice (« ne tient pas en place »)
  • difficultés de concentration
  • mégalomanie, idées de grandeur, surestime de soi, projets délirants
  • insomnies sans fatigue
  • incapacité à gérer ses émotions : réactivité émotionnelle excessive lors d’évènements banals
  • comportements colériques
     

Pendant les périodes dépressives :

  • fatigue intense, perte d’énergie
  • tristesse profonde
  • perte d’intérêt pour toute activité
  • anxiété
  • troubles du sommeil
  • difficultés de concentration et de mémoire
  • lenteur ou au contraire agitation
  • effondrement de la libido
  • sentiment de culpabilité
  • perte de l’estime de soi
     

Exemple de questionnaire permettant de déceler les troubles bipolaires (non officiel)
Répondez par oui, non ou "je ne sais pas"

Attention : ces signes n'évoquent la maladie bipolaire que s'ils sont concomitants, c'est-à-dire si vous en ressentez plusieurs en même temps et régulièrement.
Pris 1 par 1, ils ne sont pas typiques de la maladie.
Rappel : la maladie bipolaire se caractérise par l'alternance d'épisodes d'excitation et d'abattement, avec parfois des périodes de stabilité. C'est le côté "d'un extrême à l'autre" qui peut éveiller les soupçons de l'entourage.

 

1 - J'ai des changements d'humeur brutaux, sans raison
2 - Je suis souvent fatigué(e) sans raison
3 - Je suis souvent déprimé(e) pendant quelques jours puis soudain je suis en pleine forme
4 - Mon énergie et mes sentiments sont le, plus souvent, soit très hauts soit très bas
5 - Je ressens toutes les émotions avec beaucoup d'intensité
6 - Je me lance dans des projets avec enthousiasme puis je m'en désintéresse soudain complètement
7 - Ma capacité de réflexion et de concentration varie énormément : j'ai l'esprit très vif ou complètement confus
8 - Ma confiance en moi varie d'une extrême à l'autre : je me sens meilleur que tout le monde, ou absolument nul
9 - Je m'enthousiasme pour des personnes dont je me désintéresse subitement
10 - Mon besoin de sommeil varie énormément : je peux me contenter de quelques heures ou avoir besoin de 9 heures de sommeil voire plus
11 - J'ai souvent envie d'avoir des comportements qui me mettent en danger ou qui choquent mon entourage
12 - Je peux à la fois gai et triste
13 - Je suis tombé très souvent amoureux dans ma vie : j'y crois très fort, puis je me désintéresse brutalement de la personne
14 - Je passe d'un jour à l'autre d'une attitude très sociable à un comportement totalement renfermé
15 - J'ai des périodes de pessimisme profond où j'oublie tous les bons moments
16 - Je suis souvent colérique, j'explose, puis je m'en veux
17 - Je peux ressentir les choses de façon très forte, ou être totalement indifférent(e)
18 - J'échaffaude souvent des projets irréalistes
19 - Je suis soit débordant(e) d'énergie, soit totalement "éteint(e)"
20 - Je passe d'un optimisme total à la sensation que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue

Si vous avez répondu OUI à 10 questions ou +, vous devriez en parler à un médecin afin qu'il évalue s'il y a matière à vous prescrire un traitement afin de stabiliser votre humeur.

Facteurs favorisants

Antécédents familiaux de troubles de l’humeur : avoir un parent proche atteint de troubles bipolaires multiplie par 10 le risque d’en être atteint.

Conséquences

  • Difficultés familiales, sociales et professionnelles
  • Comportements à risque sur les plans financier, sexuel et addictif.
  • Risque de suicide pendant les phases dépressives : 15 à 20% des personnes atteintes de troubles bipolaires mettent fin à leurs jours.
  • Co-morbidité : d’autres troubles se greffent à la maladie, notamment l’alcoolisme, et les addictions à diverses drogues

 

Causes de la maladie bipolaire
Elles sont multiples : génétiques, biologiques, mais aussi socio-environnementales.
 

Traitement

Le traitement est avant tout médicamenteux et vise à réguler l’humeur :

Les thérapies cognitivo-comportementales complètent de la prise en charge par les médicaments.

Un traitement par électrochocs peut être proposé quand les médicaments ont échoué.
 

Quelles pistes pour l’avenir ?

Des chercheurs de l’INSERM ont identifié chez certains patients bipolaires des anomalies de sécrétion du cortisol et de la mélatonine, qui pourraient être liées à une mutation génétique (mutation du gène permettant la synthèse de la mélatonine).

 

Quelques bipolaires célèbres …

Historiques ou contemporains, un bon nombre de personnages célébres (politiques, écrivains, artistes, ...) ont été diagnostiqués bipolaires, certains bien après leur décès, en analysant leurs comportements.
Citons entre autres :
Roosevelt, Churchill, Nietzsche, Berlioz, Van Gogh, Modigliani, Balzac, Hemingway, Baudelaire, Zola, Agatha Christie, Marilyn Monroe, Mel Gibson, Sinead O’Connor, Lou Reed, Frank Sinatra, Nina Simone, Britney Spears, Jean-Claude Van Damme, Amy Winehouse, Robin Williams, Sting, Jimi Hendrix, Leonard Cohen, Ray Charles, Jim Carrey, Marlon Brando, Ben Stiller, Drew Barrymore, Benoit Poelvoorde, …

Crédit photo : Smiling pretty young girl with bipolar disorder - Photographee.eu - Shutterstock.com

Suivant TOP 5 des bienfaits du PIMENT

Aucun commentaire pour "Troubles bipolaires : les signes qui doivent vous alerter"

Commentez l'article "Troubles bipolaires : les signes qui doivent vous alerter"