Sida : bientôt un vaccin ?

Une équipe de chercheurs de l'hôpital Clinic de Barcelone a mis au point un vaccin qui permet de bloquer temporairement le progression du virus du sida chez les malades infectés.

Selon une étude publiée dans la revue Science Translational Medicine, ce nouveau vaccin agit en apprenant au système immunitaire à détruire le virus. En effet, notre système immunitaire ne sait pas empêcher le virus du sida de se multiplier : ce vaccin a pour but de le lui apprendre. Lors de son expérimentation, il est parvenu à contrôler temporairement la réplication du virus.

En cela, il agit de la même manière que les traitements de monothérapie utilisant des médicaments antirétroviraux. Son intérêt immédiat est d'éviter aux malades la prise quotidienne et à vie de médicaments dont les effets à long terme peuvent être toxiques, et dont le coût économique est élevé.
La quarantaine de patients sur lesquels ont été menés les essais ont pu interrompre leur traitement antirétroviral. Cependant, à aujourd'hui, le vaccin n'est efficace que pendant 1 an, période au terme de laquelle les patients doivent reprendre leur traitement classique.
Il devra donc être amélioré dans les années à venir.

Parallèlement, en France, 2 sociétés travaillent sur des innovations dans le traitement du sida :

  • La société InnaVirVax, au Génopole d'Evry, est en cours d'expérimentation d'un vaccin qui empêcherait la progression du virus en renforçant les anticorps des malades. Des tests à grande échelle vont démarrer en ce début d'année 2013.
  • La société Theravectys, à Villejuif, oriente ses recherches vers un vaccin qui éliminerait les cellules infectées.

Ces 2 vaccins pourraient être commercialisés d'ici 5 à 7 ans.

Enfin, lors de la 19ème conférence mondiale sur le sida, des nouvelles pistes ont été évoquées par les scientifiques : aux USA, un malade atteint du sida et d'une leucémie a été guéri par une greffe de moëlle osseuse pratiquée pour guérir sa leucémie. Son donneur possédait des cellules immunitaires mutantes résistantes au VIH, ce qui est le cas de moins de 0,3% de la population. Bien que ce cas de figure ne puisse être reproduit à grande échelle, il a donné aux scientifiques de nouvelles pistes de recherche.

Si, depuis plus de 20 ans, les chercheurs du monde entier luttent sans répit pour trouver un moyen d'éradiquer le sida, ils savent d'ores et déjà qu'il sera impossible de trouver le traitement miracle qui supprimerait tout risque de contamination : la faute à la nature du VIH, virus aux multiples souches, et qui mute sans cesse.

La prévention reste donc encore et toujours le seul moyen efficace de lutte contre la contamination. Or, malgré les campagnes de sensibilisation, il semble que la vigilance ait fortement baissé : selon l'ONU, le nombre de personnes infectées par le virus du sida a légèrement augmenté en 2011. En France, on dénombre chaque année 6000 nouveaux cas de séropositivité, dont 1700 décès.

Le sida se serait-il banalisé ? Les professionnels considérent que leur messages de prévention ont plus de mal à passer, les gens oublient de plus en plus de se protéger.
Comme si le sida était désormais considéré comme un maladie comme une autre, une maladie à laquelle on survit grâce aux trithérapies.
C'est donc aussi sur ce terrain de la prévention que doivent travailler les spécialistes car non, le sida n'est pas une maladie banale que l'on soigne aisément.

 

 

Suivant Diane 35 : Le verdict de l'ANSM

Aucun commentaire pour "Sida : bientôt un vaccin ?"

Commentez l'article "Sida : bientôt un vaccin ?"