Copyright 2005 Dr Martzolff Richard (Encyclopédie médicale Vulgaris)

Trois virus parainfluenzae principaux sont à l'origine d'un certain nombre d'infections de l'appareil respiratoire allant du rhume banal à la pneumonie ressemblant à la grippe en passant par la forme grave la plus fréquente qui est la laryngite fébrile.

Les virus paramyxovirus sont classés en quatre types semblables sur les plans structurel et biologique mais différents quant à la gravité des pathologies qu'ils sont susceptibles d'entraîner.

Les infections dues au virus parainfluenzae et tout particulièrement au type 3 surviennent habituellement toute l'année.

Les types 1 et 3 sont à l'origine de laryngite et de laryngotrachéobronchite (inflammation du larynx et des bronches), survenant par épidémies chez les enfants en automne et sont plus préoccupantes que les autres. Chez l'adulte, l'immunité conférée par ces virus explique la faible gravité de la maladie. Néanmoins, des surinfections secondaires peuvent se produire avec la même variété de virus et tout particulièrement avec les parainfluenzae de type 1 et 3. Les infections à type 1 et 3 surviennent essentiellement dans les collectivités comme les crèches, les hôpitaux, les écoles, les orphelinats etc. Elles sont plus fréquentes au cours de la première enfance.

Le type 1 et 2 provoquent chez l'enfant des épidémies de laryngite aiguë striduleuse. À laryngite striduleuses se caractérise par des accès d'étouffement pendant la nuit. À cela s'associe une toux roque (ressemblant à l'aboiement d'un chien) avec des sifflements lorsque l'enfant inspire (l'air a du mal à entrer dans les poumons). Et une cyanose (insuffisance d'oxygénation des tissus se traduisant par une coloration bleuâtre de la peau dans les cas les plus graves).

Le type survient par endémie. Une endémie est la persistance dans une région d'une maladie en particulier frappant une grande partie de la population. L'épidémie peut régner de façon constante dans cette région ou y revenir à des époques précises. Cette variété d'endémie est particulièrement contagieuse et survient en toute saison, touchant un nombre élevé d'enfants pendant la première année de la vie.

Le type 4 est à l'origine d'infection relativement modérée de l'appareil respiratoire.

Le temps incubation est variable et dépend du type du virus qui infecte. Il est habituellement de 24 à 48 heures pour le type 3, et peut avoir une durée de quatre à cinq jours pour le type 1.
L'infection à virus parainfluenzae s'accompagne d'une hyperthermie (élévation de la température)
L'atteinte des voies respiratoire se différencie de la grippe ou d'autres affections d'origine virale susceptible de survenir chez des enfants du même âge. La présence d'une rhinite (inflammation du nez) est modérée et permet d'effectuer cette différenciation.

Évolution est directement dépendante de l'intensité de l'hyperthermie (qui peut être absente ou parfois durer deux ou trois jours). Elle est associée à la présence de malaises. Généralement cette élévation de température ne dépasse pas 38° centigrades, bien qu'il soit possible d'assister à des pics de température autour de 40° centigrades.
En cas d'atteinte des voies respiratoires basses (poumons) et de la partie inférieure du pharynx, la fièvre est généralement constante durant une semaine, pouvant même réapparaître par la suite.
Une dysphonie (difficulté à émettre des sons) ainsi qu'une laryngite (inflammation du larynx) prédomine dans la majorité des cas.
Des douleurs du pharynx, généralement modérées, sont associées à une toux le plus souvent sèche au début de la maladie.
La laryngotrachéobronchite (inflammation du larynx, de la trachée, et des bronches) est l'affection la plus grave et la plus dangereuse particulièrement chez l'enfant et nécessite une hospitalisation.
La bronchite (inflammation des bronches) et la pneumonie (atteinte des poumons) sont particulièrement susceptibles de survenir en cas d'atteinte par le virus parainfluenzae de est de type 3, surtout chez l'enfant.
Les complications susceptibles de survenir lors de cette évolution peuvent être d'origine bactérienne mais elles sont rares. Néanmoins, les infections à virus parainfluenza sont quelquefois à l'origine de complications de l'appareil pulmonaire à type d'asthme ou de bronchite chronique voire de bronchiolites (maladies obstructives diffuses diverses appelées également bronchiolites oblitérantes).

Suivant Bronchiolite : quelques mesures simples de prévention.

Aucun commentaire pour "Rhume, grippe, bronchite, le responsable est le virus parainfluenzae..."

Commentez l'article "Rhume, grippe, bronchite, le responsable est le virus parainfluenzae..."