L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) vient d’actualiser ses recommandations pour une alimentation « visant à satisfaire les besoins nutritionnels de la population adulte ».
L'élaboration par l’Anses « des repères de consommations alimentaires doit viser à couvrir les besoins nutritionnels en prévenant le risque de maladies chroniques associé à la consommation de certains groupes d’aliments tout en limitant l’exposition aux contaminants présents dans l’alimentation ».

Une analyse approfondie des habitudes alimentaires de la population française ainsi qu’une redéfinition des besoins nutritionnels a amené les experts à faire de nouvelles recommandations alimentaires.

Nouvelles recommandations nutritionnelles de l'Anses

« En premier lieu, le travail d’expertise a consisté à mettre à jour les références nutritionnelles pour les vitamines, les minéraux ainsi que les macronutriments, en considérant l’équilibre entre les lipides, les glucides et les protéines. Par ailleurs, dans le cadre d’une approche novatrice, un outil d’optimisation intégratif a également été déployé afin d’identifier une combinaison de consommation de 32 groupes d’aliments répondant aux besoins nutritionnels de la population adulte, prévenant le risque de maladies chroniques et limitant l’exposition aux contaminants, en intégrant 41 références nutritionnelles et une centaine de contaminants parmi ceux présents dans l’alimentation » (Anses).

Voici les résultats de cette vaste analyse (« A l’exception de quelques rares nutriments, les repères proposés et intégrant notamment les habitudes de consommation permettent de couvrir les besoins nutritionnels de la quasi-totalité de la population adulte »)

Pour se prémunir contre les maladies chroniques, il faut :

 

          Manger davantage de          

Fruits, légumes et légumineuses

  • ils apportent protéines, vitamines, minéraux et fibres
  • pour une meilleure santé cardiovasculaire, la quantité minimale devrait être de 5 portions de 80g chaque jour

Pains complets et céréales complètes

  • leur teneur en fibres en fait de véritables protecteurs contre le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer (notamment le cancer colorectal : « Le risque de cancer colorectal diminue de 20 % pour chaque consommation supplémentaire de 90 g/jour » selon l'Anses)

Poissons

  • leur teneur en acides gras (notamment omégas 3 et 6) aide à protéger contre les AVC et les démences séniles
  • la consommation de 2 portions de poisson par semaine, dont 1 poisson gras (anchois, hareng, sardine, saumon) est recommandée
  • attention : ces bienfaits ne concernent pas les poissons fumés, salés, ou cuits à très haute température qui, au contraire, sont dangereux pour la santé et sont soupçonnés d’augmenter le risque de cancer de la prostate

Huiles végétales

  • choisissez des huiles riches en acide alpha-linolénique (oméga 3) : huile de colza, huile de noix, huile de canola, huile de lin, huile de chanvre notamment

 

          Limiter, ou arrêter, la consommation de         

Charcuterie

  • ne pas dépasser 25g par jour (soit ½ tranche de jambon …)

Viande rouge

  • 500g par semaine au maximum
  • la consommation de viande rouge augmente le risque de cancer colorectal, de cancer du sein et de maladie cardiovasculaire

Boissons sucrées

  • sodas, nectars, jus de fruits (y compris les jus "100% naturels"), … ne buvez pas plus d’1 verre par jour
  • la consommation de boisson sucrée augmente les risques de cancer
  •  

          Ce qui a changé          

En 2002, l’Anses avait émis les 8 repères de consommation alimentaire suivants :

  • au moins 5 fruits et légumes par jour
  • 3 produits laitiers par jour
  • des féculents à chaque repas
  • des protéines animales 1 à 2 fois par jour
  • moins de matières grasses
  • moins de produits sucrés
  • mois de sel
  • de l’eau à volonté

Aujourd'hui, les études ont prouvé que si les conseils sur les fruits et légumes, le sucre, le sel et les féculents restent valables, ce n’est plus le cas pour la consommation de produits laitiers et de viande.
Quant aux matières grasses, l’Anses fait désormais la distinction entre celles qui sont bénéfiques et les autres.

 

          Notre avis          

  • Pas vraiment de "révélations" dans cette publication de l'Anses, mais plutôt une mise à niveau des recommandations officielles avec ce que beaucoup de nutritionnistes disent depuis longtemps !
  • Prenez soin de choisir des fruits et légumes de qualité, bio si possible, afin de vous protéger au maximum contre les pesticides. Et quoi qu'il en soit, n'oubliez pas de les faire tremper systématiquement avec de l'eau additionnée de bicarbonate de soude afin de les débarasser des polluants en surface.
  • Choisissez le bio aussi pour la viande (si vous ne pouvez pas vous en passer) : vous limiterez ainsi votre consommation d'antibiotiques (présents dans la viande de tous les animaux d'élevage, surtout industriel  )  ...
  • Même chose, et pour les mêmes raisons, pour les produits issus d'animaux : lait et produits laitiers, oeufs.

Source : Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires

Lire également :
Les produits laitiers ne sont pas nos amis pour la vie
Pas de produits laitiers contre l'ostéoporose
Pour être en bonne santé, choisissons les bonnes protéines !
La santé dans l'assiette
Apprenez à aimer les légumineuses
L'efficacité des oméga 3 démontrée et expliquée
Poissons d'élevage : que mangeons-nous vraiment ?
Manger trop de viande rouge augmenterait le risque de cancer du sein
Charcuterie et cancer
Usage des antibiotiques en élevage et filières viandes

Crédit photo : Selection of food that is good for the heart, rustic wood background. Copyspace background. Top view. Selectiv focus -  Craevschii Family - Shutterstock.com

Suivant Cancer du sein et produits laitiers

Aucun commentaire pour "Nouvelles recommandations nutritionnelles de l'Anses"

Commentez l'article "Nouvelles recommandations nutritionnelles de l'Anses"