Une étude parue dans Brain en octobre 2007 annonce que le risque de sclérose en plaques est multiplié par deux chez l'enfant victime de tabagisme passif à la maison. D'autre part que le risque est accru avec la durée d'exposition à la fumée.

Une nouvelle technique, portant le nom de microspectrofluoro biphotonique à balayage laser, devrait permettre de localiser assez rapidement les cellules cancéreuses à l'intérieur de la circulation sanguine. Il est nécessaire au préalable d'injecter un marqueur fluorescent qui se fixe spécifiquement sur la cellule d'un certain type de cancer. Ensuite, la moindre cellule est localisée lorsqu’elle passe à l'intérieur du sang. En effet, elle capte le rayonnement émis. Il s'agit d'une exploration optique des veines superficielles du poignet ou des joues. Cette technique est utilisée pour diagnostiquer plus précocement certains cancers du poumon, du rein, de l'ovaire et de l'endomètre c'est-à-dire de la couche de cellules qui tapissent l'intérieur de l'utérus. Il reste néanmoins un problème, celui de la tolérance de l'organisme vis-à-vis de ses agents de photosensibilisation.

Suivant Les cellules souches respirent.

Aucun commentaire pour "Le tabagisme passif et la sclérose en plaques."

Commentez l'article "Le tabagisme passif et la sclérose en plaques."