La greffe de pancréas est-elle possible à partir de l'individu vivant ?

Pancréas et sa vascularisation modélisés en 3D (copyright Dr Martzolff Richard)

Des chercheurs japonais ont réussi pour la première fois à faire arrêter un traitement à base d'insuline chez une diabétique insulinodépendante (nécessitant de l'insuline pour rééquilibrer son diabète) grâce à une greffe de tissus pancréatique (plus précisément d'îlots de Langherans) provenant d'un individu donneur vivant.

L'histoire commence le 19 janvier 2005 : des chirurgiens, spécialisés dans la transplantation, prélèvent la queue du pancréas d'une femme de 54 ans. Ils procèdent ensuite à l'isolement de cellules possédant la capacité de sécréter de l'insuline : des îlots bêta de Langherans.

Chez une patiente 27 ans insulinodépendante, c'est-à-dire nécessitant de l'insuline pour rééquilibrer sa trop grande quantité de sucre dans le sang, ils réimplantent (plus précisément ils injectent) ces cellules.

Habituellement, les greffes de pancréas se font à partir de cadavres. Mais au Japon, ce type de greffe est prohibé et c'est la raison pour laquelle l'équipe du Dr Matsumoto a tenté cette expérience à partir de donneurs vivants.

Pour pouvoir accepter les celllules du pancréas, la femme greffée a du recevoir un grand nombre de médicaments (infliximab, basiliximab, sirolimus, tacrolimus). Ceux-ci sont destinés à modifier son état immunitaire. En effet, la greffe constitue un corps étranger provenant d'une autre personne, et les médicaments (immmunosupresseurs, immunodépresseurs) ont pour but de faire accepter le greffon.

Les spécialistes ont ensuite isolé environ un demi-million d'îlots (400 000 environ) puis ils ont procédé à leur réinjection dans le foie de la receveuse.

Cette première expérience a permis, une semaine après, à la jeune femmme de commencer à sécréter de l'insuline. Elle a pu quitter l'hôpital le 37e jour après l'intervention sans nécessiter des injections d'insuline.

Deux mois après la greffe, le comportement glycémique de cette patiente est le même que celui d'une personne non diabétique.

L'état de santé du donneur (la mère de la patiente) est également bon. Il n'a pas été remarqué de pathologies liées au pancréas ni de diabète susceptible de survenir et pouvant être une conséquence de l'ablation d'une partie du pancréas.

Suivant Le kudzu au secours des alcooliques.

4 commentaires pour "La greffe de pancréas est-elle possible à partir de l'individu vivant ?"

Portrait de braham
J'aime 0

cette patiente est insulinodépendante et pour le cas des diabétiques non insulinodépendants ( type II ) traitant leurs équilibres glycémiques par voie orale qu'en est-il pour eux ou elles ?

Portrait de maximum
J'aime 0

Bonjour reste à trouver le donneur ou la donneuse !pas évident !

Portrait de maximum
J'aime 0

Bonjour reste à trouver le donneur ou la donneuse !pas évident !

Portrait de maximum
J'aime 0

Bonjour reste à trouver le donneur ou la donneuse !pas évident !

Commentez l'article "La greffe de pancréas est-elle possible à partir de l'individu vivant ?"