D'après les annales françaises d'anesthésie et de réanimation, certaines plantes utilisées en phytothérapie sont susceptibles d'avoir un impact très important sur une anesthésie. Ces plantes sont les suivantes :

  • La valériane
  • Le ginseng
  • Le ginkgo
  • Le millepertuis
  • L'éphédra
  • L'échinacée

L'ensemble des consommateurs ou, tout du moins, la grande majorité des utilisateurs de phytothérapie imagine que toutes les plantes ne font que du bien et sont inoffensives. En réalité et n'en est rien et certaines, dont celles que nous venons de citer, sont dangereuses pour la santé.
Généralement les anesthésistes qui pratiquent un interrogatoire soigneux avant toute intervention chirurgicale, oublient d'interroger les patients à propos d'un éventuel (auto) traitement par phytothérapie c'est-à-dire d'une prise de plantes médicinales. Il semble donc primordial de s'adresser aux patients qui eux-mêmes doivent attirer l'attention de leur anesthésiste en leur signalant un éventuel traitement par une plante médicinale et surtout par une de celles que nous venons de citer.
Les effets de certains de ces plantes au moment de l'anesthésie sont les suivants : perturbation de la coagulation sanguine, diminution de l'efficacité de l'anesthésie etc.

Suivant Maladie de parkinson et dépression

Aucun commentaire pour "L'association anesthésie et phytothérapie n'est pas toujours conseillée"

Commentez l'article "L'association anesthésie et phytothérapie n'est pas toujours conseillée"