Drogues numeriques : faut-il en avoir peur ?

Les paradis artificiels téléchargeables au format MP3… Voilà la promesse des nouvelles drogues numériques. Venues des Etats-Unis et apparues en France il y a un peu plus de trois ans, ces fichiers sonores, ou «doses», disponibles sur quelques sites Internet, portent des noms aussi évocateurs que Marijuana, LSD, Héroïne, Alcool, Ecstasy ou encore Acide…
Les écouteurs stéréo vont-ils bientôt remplacer seringues, comprimés et autres vapeurs enivrantes ? Quel est le principe d’action de ces fichiers audio? Quels sont leurs effets ? Présentent-ils un risque pour l’utilisateur ?
 

  • COMMENT AGISSENT CES "DROGUES" D'UN NOUVEAU GENRE ?

Le principe d’action de ces «drogues numériques» repose sur l’utilisation de sons binauraux. Dès 1839, Heinrich Wilhelm Dove, physicien prussien, découvre que deux sons similaires mais de fréquences différentes, émis simultanément dans chacune des deux oreilles, peuvent modifier la fréquence des ondes cérébrales.
Sous l’effet de ces sons binauraux, le cerveau émettrait des ondes alpha et thêta, procurant ainsi à l’auditeur une sensation de profonde relaxation, proche de l’auto-hypnose. Seule une pratique intensive de la méditation permettrait d’atteindre un tel résultat.
Ces sons auraient donc la faculté de plonger l’auditeur dans un état de bien-être, voire de transe, comparable à celui obtenu par la prise de certains psychotropes.
Pour obtenir les meilleurs résultats, les «dealers» de l’aire numérique recommandent l’utilisation de casques stéréo, une écoute en position allongée et dans une pièce obscure…
 

  • DROGUES NUMERIQUES : NIRVANA OU ARNAQUE ?

Après tests et lecture de nombreux témoignages sur le sujet, les avis sur l’efficacité réelle des «drogues numériques» sont plus que partagés.

Pour le plus grand nombre, dans le meilleur des cas ce sera l’endormissement ou quelques sensations de fourmillements dans les membres. Dans le pire, nausées ou maux de tête seront la destination de ce voyage aux pays des merveilles…

Pour quelques autres, le grand frisson sera au rendez-vous. Des témoignages filmés montrent de jeunes utilisateurs en état de transe. D’après Brigitte Forgeot, neuropsychologue, il s’agirait tout simplement d’auto-suggestion. Elle ne minimise cependant pas les effets réels que pourraient avoir les sons binauraux. Dans son mémoire intitulé «Les sons binauraux, effets cliniques et neuropsychologiques; perspectives d'applications», elle explique qu’ils semblent avoir une incidence notable sur certaines composantes des fonctions attentionnelles (l'attention) et mnésiques (la mémoire), ainsi qu'au niveau clinique sur l'anxiété et le traitement émotionnel.

Point important à souligner, ces fichiers aux sonorités prétendument «stupéfiantes» sont payants. Il faut compter en effet l’équivalent de 4$ à 199$ pour tenter l’aventure … Business juteux en vue …
 

  • QUELS SONT LES RISQUES ENCOURUS ?

La Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT), alertée sur la question, se veut rassurante. Il n’y a pas, selon elle, de risque d’addiction ou de besoin d’augmenter la «dose», comme ce serait le cas pour une drogue avérée.
La MILD rappelle cependant que les sons binauraux ont des effets réels et ne sont pas anodins.

De plus, des effets indirects peuvent être à déplorer. En effet, en laissant penser que les «drogues» numériques pourraient avoir un effet euphorisant et procureraient un mieux-être, les utilisateurs prennent le risque de masquer un syndrome dépressif et de s’affranchir d’un véritable soutien médical et psychothérapeutique.

Enfin, dernier risque plus sournois, la banalisation de l’image de la drogue associée ici à une expérience «fun» et sans risque. Dans le même esprit, le site I Doser, principal acteur de ce nouveau secteur, propose à ses visiteurs de devenir… «dealer». Cette plateforme commerciale, basée aux Etats-Unis, s’engage en effet à rémunérer les prescripteurs qui auront réussi à convaincre de nouveaux clients.
Douteuse méthode de marketing viral…

Lire les autres Unes

Suivant Bisphenol a : le danger se precise ...

2 commentaires pour "Drogues numeriques : faut-il en avoir peur ?"

Portrait de deluverum
J'aime 0

apores avoir lu cet article ;.je confirmes les doute que j'avais deja...a chaque fois que j'entends des morceux de ces dites"sequence de ralaxation" une sensation de bien etre s'empare de moi sans oublie le souci que je vais atout moment couper et mette mes ecouteurs a cote!!

Portrait de zizoooooo
J'aime 0

les causes et les conséquences de drogue numérique ??

Commentez l'article "Drogues numeriques : faut-il en avoir peur ?"