Imaginez un coeur totalement artificiel, fait en matériaux entièrement biocompatibles, qui reproduirait à la perfection la forme et les fonctions essentielles du coeur humain.
Un coeur artificiel qui saurait s'adapter au besoin du porteur grâce à un microprocesseur qui analyse les informations transmises par des capteurs, et modulerait le débit sanguin en fonction de l'activité du patient.
Un coeur artificiel enfin qui n'entraînerait aucun risque de rejet.
Ce coeur existe : il a été mis au point en France par la société Carmat, et a été implanté pour la 1ère fois au monde sur un patient français, le 18 décembre dernier. 7 semaines après son implantation, il bat toujours !

 

Coeur artificiel total : une innovation française porteuse d'immenses espoirs

C'est à l'hôpital Georges Pompidou à Paris que le premier coeur artificiel mondial a été implanté le 18 décembre 2013. Plus de 40 jours plus tard, le coeur artificiel Carmat du patient de 75 ans bat toujours !

Les professeurs Alain Carpentier et Christian Latrémouille, ainsi que leurs équipes sont à l'origine de cette première implantation mondiale.

L'entreprise à l'origine du projet du coeur Carmat, cofondée par le Professeur Carpentier, a programmé 4 interventions visant à remplacer les coeurs pathologiques de patients en fin de vie (ici le patient souffrait d'une insuffisance cardiaque très sévère avec un pronostic vital engagé). 

Ces 4 opérations dans 3 établissements différents visent à tester sur des individus vivants volontaires et condamnés par leur pathologie cardiaque les dispositifs totalement biologiques (sans métal ou matériel compliquant habituellement d'autres sortes de greffes). En effet, les conditions de l'autorisation donnée fin septembre 2013 pour ces interventions par les autorités sanitaires françaises, sont que le patient doit être en fin de vie, avec une pathologie cardiaque qui le condamne à un décès proche.

Le coeur artificiel Carmat permettra peut-être de pallier à la pénurie d'organes à greffer qui touche le monde médical à l'heure actuelle.

A l'heure actuelle, la transplantation cardiaque ne se fait qu'avec des coeurs humains sains en cas d'insuffisance cardiaque grave, menaçant la survie de l'individu. Il faut donc des donneurs pour que la greffe puisse se faire. Il y a de nombreuses complications possibles (comme une complication infectieuse), un possible rejet des tissus greffés par les cellules de l'hôte mais aussi de nombreux critères à remplir pour pouvoir prétendre à être sur la liste d'attente de greffe. A l'heure actuelle, les greffons se font rares et le nombre de transplantés cardiaques ne dépasse pas les 4000 par an dans le monde.

La recherche d'une alternative à la pratique actuelle est donc tout à fait justifiée et pourrait révolutionner la pratique médicale après avoir fait ses preuves d'ici quelques années.
De ce fait, le coeur Carmat a été conçu pour totalement mimer un véritable coeur et celui-ci a donc pour objectif de pallier par la suite à un défaut de greffon. Ce dispositif est alimenté par des batteries externes rechargeables et a un coût estimé à environ 150 000 €.

Suite aux premières interventions de test, d'autres essais cliniques sont encore prévus. Il faudra donc attendre quelques temps, même si tout est positif, avant que cette pratique ne puisse prétendre à une autorisation de masse. Cette intervention pourrait alors concerner les patients ne répondant pas aux critères de greffe actuels.

Cependant, le coeur du premier patient de 75 ans battant toujours à l'heure actuelle, tous les espoirs envers cette pratique sont encore permis !

 

Voir la vidéo

Suivant Du café pour booster la mémoire

Aucun commentaire pour "Coeur artificiel total : une innovation française porteuse d'immenses espoirs"

Commentez l'article "Coeur artificiel total : une innovation française porteuse d'immenses espoirs"