Le corps humain est une mécanique complexe dont le fonctionnement est absolument fascinant.
Mais il arrive parfois, suite à une maladie ou à un accident, qu’un organe soit abîmé au point de ne plus pouvoir remplir ses fonctions.

Voici les organes sans lesquels nous pouvons vivre.

8 organes sans lesquels nous pouvons vivre

La nature est bien faite

Certains de nos organes, indispensables à la vie, sont fragiles, et notre corps a développé une protection pour les mettre à l’abri des chocs, une sorte de cuirasse ou d’armure destinée à préserver leur intégrité, et donc notre vie.
Le plus protégé de nos organes est le cerveau, sans lequel évidemment il est impossible de vivre : autour de cet amas de neurones (structure la plus fragile qui soit) se trouvent non seulement le crâne (structure osseuse dont l’épaisseur moyenne est de 4 à 6 mm selon la zone, la partie la plus fine étant au niveau temporal) mais également 3 membranes appelées méninges (de l’extérieur à l’intérieur : la dure-mère, l’arachnoïde et le pie-mère) et un liquide appelé le liquide céphalo-rachidien.
La moelle épinière, également très fragile, est protégée par les vertèbres.
Le cœur, les poumons et les organes de la digestion sont protégés par la cage thoracique.

Des organes indispensables à la vie …
Le cerveau, le cœur, le foie, sont des organes dont il est absolument impossible de se passer : leur destruction entraîne la mort.

… et d’autres dont on peut se passer
Rien dans notre corps n’est inutile, et bien évidemment, conserver l’intégrité de son corps et l’intégralité de ses organes est la situation idéale.
Mais il arrive que suite à une maladie, à un accident, ou à un don d’organe, on doive procéder à l’ablation d’un organe.
La vie peut malgré tout continuer, sous certaines conditions.

 

L'estomac

Il joue un rôle important dans la digestion des aliments puisque c’est dans l’estomac que les aliments sont malaxés puis digérés grâce aux sucs gastriques.
Il est possible de vivre sans estomac (le plus souvent, son ablation est due à un cancer) : l’œsophage, qui transporte les aliments mâchés par la bouche, est alors relié directement au duodénum (1ère partie de l’intestin grêle). Il faut bien évidemment adapter son alimentation, et privilégier les liquides afin d’éviter des difficultés digestives.

 

Le poumon

Indispensables à la respiration, nos 2 poumons ont pour mission d’oxygéner notre sang et de le débarrasser du gaz carbonique qu’il transporte : il est donc impensable de vivre sans poumons. Il arrive cependant que l’on doive retirer tout ou partie d’un poumon, en cas d’accident ou de maladie.
Il est possible de vivre avec 1 seul poumon : si la capacité respiratoire et l’oxygénation du sang sont sensiblement réduites dans un premier temps, le poumon restant s’adapte et compense progressivement l’absence de l’autre poumon.

 

La rate

Elle joue 2 rôles dans notre organisme : elle régule la formation et la destruction des globules rouges et blancs, et elle intervient dans l’immunité.
On peut vivre sans rate (suite à un accident – éclatement de la rate – ou à une maladie) : il sera cependant nécessaire de suivre un traitement antibiotique pendant quelques semaines pour éviter de graves infections bactériennes.

 

Le rectum

Le rectum est la dernière partie du tube digestif qui aboutit à l’anus.
Un cancer oblige parfois à enlever tout ou partie du rectum.
La vie sans rectum est possible grâce à la création d’un anus artificiel, qui consiste relier la partie terminale du colon à un orifice pratiqué sur l’abdomen afin de permettre l’évacuation des selles dans une poche.

 

Le rein

Nous avons 2 reins, dont le rôle est de filtrer le sang afin de le débarrasser des déchets qu’il transporte et de permettre leur évacuation par les urines.
On peut cependant vivre correctement avec 1 seul rein, en prenant soin boire de l’eau quantité suffisante et de limiter la consommation de certains aliments pour faciliter le travail d’élimination des déchets.

 

La thyroïde

Cette glande située au niveau du cou joue un rôle essentiel dans la régulation des hormones.
Quand son ablation est indispensable, un dérèglement hormonal survient systématiquement.
On peut néanmoins vivre sans glande thyroïde à condition de suivre un traitement pour compenser l’absence d’hormones thyroïdiennes.

 

La vésicule biliaire

Cette petite poche située contre le foie a pour fonction de collecter la bile produite par le foie et de la déverser ensuite dans le duodénum lors de la digestion pour faciliter la dissolution des graisses.
Il arrive que l’on doive retirer la vésicule biliaire, généralement suite à la présence de calculs (sortes de petits cailloux formés par des composants de la bile).
On vit très bien sans vésicule biliaire.

 

La vessie

Son rôle est de stocker puis de permettre l‘évacuation de l’urine, qui résulte de la filtration du sang par les reins.
On est parfois amené à retirer la vessie, suite à un cancer le plus souvent.
On peut vivre sans la vessie, qui doit alors être remplacée par une poche externe qui collecte les urines.

 

Crédits photos :
Medical tam performing operation. Group of surgeon at work in operating theatre toned in blue - Andrei_R - Shutterstock.com
Human stomach anatomy - Nerthuz - Shutterstock.com
Lunge mit Bronchien im grauen Umfeld - psdesign1 - Fotolila.com
Spleen Female organs Human anatomy - decade3d - Fotolia.com

medical illustration of the rectum - Sebastian Kaulitzki - Shutterstock.com
Menschliche Nieren -psdesign1 - Fotolia.com
localisation anatomique de la thyroïde et du cartilage thyroïde - Vulgaris-medical.com

medical structure of the liver - elenbushe - Fotolia.com
highlighted bladder - Sebastian Kaulitzi - Shutterstock.com

Suivant Poissons crus : attention, danger !

Aucun commentaire pour "8 organes sans lesquels nous pouvons vivre"

Commentez l'article "8 organes sans lesquels nous pouvons vivre"